Montebourg doute d'un accord avec EELV pour les législatives

Arnaud Montebourg (PS), représentant spécial de François Hollande, a jugé dimanche soir qu'"il n'est pas écrit" qu'un "accord soit trouvé à ce jour" avec EELV pour les législatives de juin prochain, jugeant qu'il "pose un certain nombre de problèmes"[AFP/Archives]

Arnaud Montebourg (PS), représentant spécial de François Hollande, a jugé dimanche soir qu'"il n'est pas écrit" qu'un "accord soit trouvé à ce jour" avec EELV pour les législatives de juin prochain, jugeant qu'il "pose un certain nombre de problèmes".

L'ex-candidat à la primaire socialiste et président du conseil général de Saône-et-Loire avait déjà protesté en janvier contre l'accord PS/EELV, à cause de conflits dans son département, quitte à être "exclu" de son propre parti.

"Il n'est pas écrit que l'accord soit trouvé à ce jour", a dit le responsable socialiste dimanche soir sur BFM TV/Le Point/RMC, alors qu'il était aussi interrogé sur la percée de Jean-Luc Mélenchon.

Selon l'élu PS, l'accord avec les Verts "a sa place, mais c'est un accord qui pose un certain nombre de problèmes et de questions qui ont été pointées".

Il a aussi relativisé: "Il y a des contradictions dans toutes les coalitions politiques donc c'est normal qu'il y ait des discussions et des mises à plat, donc il y aura des discussions après les présidentielles pour préparer les élections législatives et je ne peux pas préjuger du résultat de cette discussion", a-t-il ajouté.

Une soixantaine de circonscriptions sont réservées par le PS aux écologistes (pour une bonne vingtaine de députés élus en cas de victoire de la gauche).

L'accord conclu en novembre est jugé trop généreux par certains socialistes qui soutiennent des dissidences, comme à Paris (face à Cécile Duflot), Lyon, en Saône-et-Loire, dans l'Orne ou à Guinguamp (Côtes d'Armor).

Vous aimerez aussi

Nouvelle manifestation d'étudiants algériens pour réclamer la fin du "système" Bouteflika, le 16 avril 2019 dans les rues d'Alger [- / AFP]
contestation Les Algériens attendus pour un 9e vendredi de suite dans la rue
Zuzana Caputova (g) et Maros Sefcovic, candidats à la présidentielle, lors d'un débat, le 11 mars 2019 à Brastislava, en Slovaquie [VLADIMIR SIMICEK / AFP/Archives]
scrutin Les Slovaques choisissent leur président ce samedi
Algérie  : les étudiants protestent contre un cinquième mandat de Bouteflika
manifestations Algérie : les étudiants protestent contre un cinquième mandat de Bouteflika

Ailleurs sur le web

Derniers articles