Nicolas Hulot très inquiet de la disparition de l'enjeu écologique

Nicolas Hulot, qui avait tenté en vain d'être le candidat écologiste à l'Elysée, a exprimé lundi sa grande inquiétude devant une disparition des enjeux environnementaux dans la campagne présidentielle.[AFP/Archives]

Nicolas Hulot, qui avait tenté en vain d'être le candidat écologiste à l'Elysée, a exprimé lundi sa grande inquiétude devant une disparition des enjeux environnementaux dans la campagne présidentielle.

Sur France Inter, comme il l'avait fait la veille sur France 2, l'ex-animateur de TF1 a lancé : "Je suis inquiet pour nos enfants", "on est happés par le court terme, la crise économique a bouté la crise écologique hors de nos écrans radar".

Pourtant, "la vraie crise, celle qui va saper tous nos acquis démocratiques, économiques, sociaux, c'est la crise écologique, si on n'y prend pas garde", a-t-il averti.

Aujourd'hui, ce qu'il exprime, "ce n'est même pas de la colère, c'est du désarroi". "Je ne sais plus quoi faire, avec le sentiment affreux que tout ce que j'ai dit, je l'ai dit mille fois", a poursuivi Nicolas Hulot.

Dimanche sur France 2, il avait déploré : "On s'habitue au tic-tac des bombes à retardement. Le changement climatique, c'est la mère de toutes les menaces. Il faut construire un nouveau modèle économique et flécher nos investissements sur la transition écologique, sans tarder !"

Il avait assuré, à propos des difficultés rencontrées par la candidate EELV Eva Joly qui l'avait battu dans la primaire: "Ca ne me réjouit pas".

Mais pour lui "l'écologie est au-dessus des partis". "Je vote pour la planète". Glissera-t-il un bulletin Joly dans l'urne ? "Je me déterminerai en temps utile", répond-il, mais il ne proclamera pas son choix.

"Ma colère, ma rage, c'est que les grandes formations politiques, sur "ces sujets-là, sont d'une stupidité absolue", a encore déclaré le créateur de l'émission Ushuaïa.

Vous aimerez aussi

Eléction de Volodymyr Zelensky : les ukrainiens sont satisfaits
Présidentielle Election de Volodymyr Zelensky : les ukrainiens sont satisfaits
Nouvelle manifestation d'étudiants algériens pour réclamer la fin du "système" Bouteflika, le 16 avril 2019 dans les rues d'Alger [- / AFP]
contestation Les Algériens attendus pour un 9e vendredi de suite dans la rue
Zuzana Caputova (g) et Maros Sefcovic, candidats à la présidentielle, lors d'un débat, le 11 mars 2019 à Brastislava, en Slovaquie [VLADIMIR SIMICEK / AFP/Archives]
scrutin Les Slovaques choisissent leur président ce samedi

Ailleurs sur le web

Derniers articles