Sénat: l'UMP n'assistera pas aux auditions sur l'antiterrorisme

Les sénateurs UMP "ne participeront pas aux travaux" de la commission sur l'application des lois concernant la lutte contre le terrorisme après les tueries de Toulouse et Montauban, organisés par la gauche sénatoriale[AFP/Archives]

Les sénateurs UMP "ne participeront pas aux travaux" de la commission sur l'application des lois concernant la lutte contre le terrorisme après les tueries de Toulouse et Montauban, organisés par la gauche sénatoriale, ont-ils annoncé mardi dans un communiqué.

Cette commission, présidée par David Assouline (PS) a entamé mardi des auditions sur les lois anti-terroristes, mais le gouvernement s'est opposé à ce qu'elle entende Erard Corbin de Mangoux, directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) et Bernard Squarcini, directeur central du renseignement intérieur (DCRI).

Les sénateurs UMP "regrettent l'attitude de la gauche sénatoriale qui utilise, une fois de plus, les moyens du Sénat à des fins politiciennes, aux seuls motifs de l'actualité". Ils "condamnent le mélange des genres effectué par le président de la commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois à la suite de la convocation des services de l'Etat en charge du renseignement".

Selon l'UMP, "travestir cette commission en une commission d'enquête sur les tragiques événements de Toulouse et Montauban est une initiative qui dépasse le cadre institutionnel de la mission de contrôle que le Sénat a souhaité attribuer à cette commission sénatoriale".

"Dès lors, l'initiative des ministres de l'Intérieur et de la Défense d'avoir décidé de ne pas donner de suite favorable à ces demandes est pleinement justifiée", poursuit le communiqué.

Parce qu'il "faut éviter toute ambiguïté sur des sujets touchant aux intérêts de notre pays et à la sécurité de nos concitoyens", "les sénateurs UMP ont alerté le président du Sénat sur cette manoeuvre et ne participeront pas aux travaux de la commission", conclut le texte.

À suivre aussi

Sécurité Retour en France, sortie de prison : le casse-tête des jihadistes se poursuit
Le jihadiste était emprisonné à Condé-sur-Sarthe depuis 2013
Terrorisme Qui est Flavien Moreau, le jihadiste libéré de prison ce lundi ?
Emmanuel Macron entouré des dirigeants des pays du G5 Sahel (Ibrahim Boubacar Keita pour le Mali, Mohamed Ould Abdel Aziz pour la Mauritanie, Idriss Déby pour le Tchad, Mahamadou Issoufou pour le Niger et Roch Marc Christian Kaboré pour le Burkina Faso), en juillet 2018 à Nouakchott (Mauritanie).
Terrorisme Pourquoi Emmanuel Macron réunit-il les présidents du G5 Sahel ce lundi à Pau ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles