Présidentielle: à J-18 du premier tour

A la veille de la présentation du programme de Nicolas Sarkozy, François Hollande, attendu en meeting mercredi en soirée à Rennes avec Ségolène Royal, a dévoilé le calendrier des mesures de la première année de son quinquennat, pour "agir vite et en cohérence" en cas de victoire[AFP]

A la veille de la présentation du programme de Nicolas Sarkozy, François Hollande, attendu en meeting mercredi en soirée à Rennes avec Ségolène Royal, a dévoilé le calendrier des mesures de la première année de son quinquennat, pour "agir vite et en cohérence" en cas de victoire.

LE FAIT DU JOUR

Attendu mercredi soir pour un meeting avec son ex-compagne et candidate de 2007, M. Hollande a présenté un document de quatre pages serrées destiné à lancer le "troisième temps" de sa campagne.

L'action du candidat socialiste s'articulera ainsi en trois périodes s'il est élu: les premières semaines suivant l'élection (6 mai-29 juin), la session extraordinaire du Parlement (3 juillet-2 août) et les dix mois suivants (août 2012-juin 2013).

Au total, sont promises 35 mesures concrètes et précises, déjà annoncées, allant du blocage du prix des carburants à la réforme des retraites, en passant par la rentrée scolaire, la réforme fiscale avec une tranche d'imposition à 75% pour les revenus dépassant 1 million d'euros par an.

Très symbolique, la première stipule la "réduction de la rémunération du chef de l'Etat et des membres du gouvernement de 30%".

Sans surprise, la présentation de ce calendrier s'est attirée une volée de bois vert du camp Sarkozy. Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a qualifié le programme de "totalement décalé des exigences de notre pays dans cette crise et totalement irresponsable".

François Bayrou (MoDem) s'est montré aussi très sévère. Quant à Marie-George Buffet, soutien de Jean-Luc Mélenchon, elle a estimé qu'il fallait "aller plus loin".

LES PHRASES DU JOUR

- "La tradition, c'est que le président nouvellement élu, généralement, choisit le Premier ministre issu de la famille la plus importante de l'Assemblée nationale" (Jean-François Copé sur l'hypothèse Bayrou à Matignon).

- "Ce que je dis simplement, c'est que nous aurions dû, pu, peut-être, faire davantage avant" (François Hollande sur les arrestations d'islamistes).

- "Nous sommes en face d'un voyou", (Marie-George Buffet à propos de Nicolas Sarkozy).

LE SONDAGE DU JOUR

La cote de confiance de Nicolas Sarkozy a gagné 7 points en un mois à 33%, pendant que la cote d'avenir de François Hollande a perdu 6 points à 52% - même s'il reste en tête - et celle de Jean-Luc Mélenchon a bondi de 11 points à 41%, selon le baromètre mensuel TNS-Sofres/Sopra Group.

Malgré la baisse qu'il enregistre, M. Hollande reste en tête des personnalités dont les Français souhaitent qu'elles jouent un rôle important dans la période à venir. M. Mélenchon enregistre la plus forte hausse du mois et atteint la 5e place.

33% des Français font confiance à M. Sarkozy, contre 26% en mars, tandis que 63% ne lui font pas confiance (70% en mars). C'est le niveau le plus élevé de sa cote de confiance depuis janvier 2010.

LES COULISSES

Les candidats à la présidentielle, hormis Philippe Poutou et Jacques Cheminade, vont présenter jeudi à Sciences Po leur vision de la "place de la femme dans la société" et de la parité. Cette grande journée-débat sera animée par Valérie Toranian, directrice de la rédaction de Elle, et Bruce Toussaint, présentateur de la matinale d'Europe 1.

LE BUZZ

Le jury du Prix Press Club a livré une sélection des phrases politiques "les plus hilarantes" depuis le 1er janvier, qu'il s'agisse "indistinctement d'humour volontaire ou involontaire", avant une dernière sélection en juin.

Daniel Cohn-Bendit est sélectionné pour avoir lancé à Eva Joly: "Si tu te retires, ça crée un vide. Si tu continues, tu tombes dans le vide".

Nora Berra, secrétaire d'Etat à la Santé, qui conseillait en plein hiver "aux personnes les plus vulnérables (sans-abri, nourrissons et personnes âgées) d'éviter de sortir", et Jack Lang, qui ne "voulait pas être parachuté d'en haut" dans les Vosges, sont aussi pré-sélectionnés.

"L'heure d'été aura surtout un avantage : c'est une heure de moins de Nicolas Sarkozy" vaut au porte-parole de M. Hollande, Bernard Cazeneuve, d'être aussi nominé, comme Brice Hortefeux - "Passer de rien à chef de l'Etat, Hollande va souffrir" -, et Jean-Pierre Raffarin, s'adressant à Nicolas Sarkozy, "Travaille tes silences, baisse d'un ton".

Vous aimerez aussi

Une partisane de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva pendant une manifestation de soutien à l'ex-chef de l'Etat le 15 août 2018 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections L’ONU appelle le Brésil à autoriser Lula à se présenter à la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie

Ailleurs sur le web

Derniers articles