Sarkozy gagne des électeurs chez Bayrou et chez Le Pen

Nicolas Sarkozy, en hausse de 2,5 points d'intentions de vote en mars, a gagné des électeurs grâce à la fois à un transfert de voix (1,5 point), en particulier de François Bayrou et de Marine Le Pen, et par la mobilisation des électeurs (1 point), selon une enquête qualitative de Ipsos-Logica Business Consulting (LBC).[AFP]

Nicolas Sarkozy, en hausse de 2,5 points d'intentions de vote en mars, a gagné des électeurs grâce à la fois à un transfert de voix (1,5 point), en particulier de François Bayrou et de Marine Le Pen, et par la mobilisation des électeurs (1 point), selon une enquête qualitative de Ipsos-Logica Business Consulting (LBC).

L'enquête consiste à interroger en ligne régulièrement pendant la campagne plus de 4.300 personnes, pour observer le comportement de ceux qui décident de changer d'avis. La nouvelle vague a été réalisée du 23 au 27 mars. L'enquête est menée pour le Cevipof (Sciences-Po), Le Monde, la Fondapol et la Fondation Jean Jaurès.

La hausse de 1,5 point liée à des transferts de votes résulte d'un gain de 2,5 points des personnes qui ne choisissaient pas Nicolas Sarkozy dans la vague précédente et ont désormais l'intention de voter pour lui, conjuguée à une baisse de 1 point des personnes qui souhaitaient voter pour lui et n'ont plus l'intention de le faire).

Le solde positif de 1,5 point qui en résulte est dû notamment aux "transferts de votes en provenance de François Bayrou (pour 0,5 point), et de Marine Le Pen (pour 0,5 point)" et des autres candidats (+ 0,5 point), détaille l'étude.

Parallèlement, si Nicolas Sarkozy gagne 1,5 point en termes de mobilisation, il en perd 0,5 dans le même temps, soit un solde positif d'un point.

"Si Nicolas Sarkozy a amélioré son image et su convaincre, c'est aussi à la faveur de l'actualité qui a remis au centre de la campagne la question de l'insécurité", souligne l'étude, en référence aux drames de Toulouse et Montauban.

Cette préoccupation est "fortement en hausse chez ces changeurs", c'est-à-dire les électeurs qui ont modifié leur intention de vote: 32% la citent parmi leurs trois principales préoccupations, soit +13 points par rapport à la dernière vague. L'immigration les préoccupe aussi: 38%, +9 points.

Ces changeurs sont aussi convaincus que que Nicolas Sarkozy est davantage capable que François Hollande de diminuer l'insécurité (98%, +10).

Autre thème, "la perception d'une plus grande capacité de Nicolas Sarkozy à protéger les Français de la crise économique se renforce également auprès des changeurs", écrit Ipsos: 96% le jugent plus capable que François Hollande sur ce sujet , soit +11 points.

Par ailleurs, à l'approche du scrutin, certains sympathisants de François Bayrou et de Marine Le Pen "sont sans doute tentés par le vote utile", estime l'institut. 17% des changeurs déclarent que les chances du candidat de gagner l'élection présidentielle sont un des critères de choix les plus importants à leurs yeux (+8 points).

Vous aimerez aussi

Une partisane de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva pendant une manifestation de soutien à l'ex-chef de l'Etat le 15 août 2018 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections L’ONU appelle le Brésil à autoriser Lula à se présenter à la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie

Ailleurs sur le web

Derniers articles