Sarkozy critique les liens entre la CGT et le Parti communiste

Nicolas Sarkozy a critiqué vendredi le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault pour les "liens entre la CGT et le Parti communiste", tout en estimant que de nombreux adhérents du syndicat n'approuvent pas l'hostilité de la centrale à son égard.[AFP]

Nicolas Sarkozy a critiqué vendredi le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault pour les "liens entre la CGT et le Parti communiste", tout en estimant que de nombreux adhérents du syndicat n'approuvent pas l'hostilité de la centrale à son égard.

Bernard Thibault est "membre du bureau politique du Parti communiste comme chacun le sait", a affirmé M. Sarkozy sur RTL, bien que le leader syndical ait quitté les instances dirigeants du PCF en 2001. "Les liens entre la CGT eét le Parti communiste sont bien connus, c'est son droit, mais il faut qu'ils assument", a-t-il ajout.

"Je ne pense pas que je sois combattu par la CGT, je suis combattu par quelques permanents de la CGT, mais je pense qu'il y a tout un tas de gens qui sont adhérents de la CGT qui considèrent que le rôle d'un syndicat, c'est de défendre les salariés pas de participer à la vie politique française", a déclaré le président sortant.

Il a accusé une nouvelle fois "les permanents" de ce syndicat d'avoir "empêché" la sortie d'un numéro d'Ouest-France qui comportait une interview de lui.

Interrogé sur la position du patronat, le président sortant a répondu être "heureux" du soutien de nombreux chefs d'entreprises.

"Il y a des dizaines de milliers de chefs d'entreprise qui travaillent très dur, qui n'ont rien à voir avec les comportements profondément choquants d'un certain nombre de patrons irresponsables, et je suis heureux si ces gens-là qui créent de l'emploi, qui créent de la croissance, qui donnent un travail, partagent les idées que je défends", a-t-il dit.

Vous aimerez aussi

Nouvelle manifestation d'étudiants algériens pour réclamer la fin du "système" Bouteflika, le 16 avril 2019 dans les rues d'Alger [- / AFP]
contestation Les Algériens attendus pour un 9e vendredi de suite dans la rue
Zuzana Caputova (g) et Maros Sefcovic, candidats à la présidentielle, lors d'un débat, le 11 mars 2019 à Brastislava, en Slovaquie [VLADIMIR SIMICEK / AFP/Archives]
scrutin Les Slovaques choisissent leur président ce samedi
Algérie  : les étudiants protestent contre un cinquième mandat de Bouteflika
manifestations Algérie : les étudiants protestent contre un cinquième mandat de Bouteflika

Ailleurs sur le web

Derniers articles