Elections: vacances scolaires et météo devraient peu influencer la participation

Le calendrier scolaire - le premier tour tombant pendant les vacances de Pâques -, mais aussi la météo exercent une influence, toutefois minime, sur la participation électorale, et la présidentielle de 2012 ne devrait pas faire exception.[AFP/Archives]

Le calendrier scolaire - le premier tour tombant pendant les vacances de Pâques -, mais aussi la météo exercent une influence, toutefois minime, sur la participation électorale, et la présidentielle de 2012 ne devrait pas faire exception.

Le dimanche 22 avril est le dernier jour des congés de la zone A (9 académies), coïncide avec le début de ceux de la zone B (12 académies) et survient au beau milieu de ceux de la zone C (région parisienne et Bordeaux).

Ce calendrier joue a priori contre une forte mobilisation civique mais cet inconvénient peut être en bonne partie neutralisé grâce au vote par procuration, pour ceux qui comptent s'éloigner de leur domicile pendant les congés scolaires.

Au fil du temps, la procédure du vote par procuration a été simplifiée et son usage s'est répandu. En 2007, 1,2 million de Français y ont recouru au 1er tour, et 1,4 au second.

D'autres dates étaient-elles envisageables pour la présidentielle ? "On a pris le couple de dates le moins pénalisant", répond le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet. En vertu de la Constitution, l'élection doit se dérouler entre 20 et 35 jours avant l'expiration du mandat présidentiel en cours.

Lors du second tour, la zone B sera encore en vacances, le 6 mai coïncidant avec le dernier jour de congé des 12 académies concernées.

Une étude de deux universitaires, Eric Dubois (Paris 1) et Christian Ben Lakhdar (université catholique de Lille), portant sur un cycle électoral allant jusqu'à 2002, a chiffré à 1,7 point l'augmentation du taux d'abstention liée au calendrier scolaire.

Le temps qu'il fait a aussi une incidence. Contrairement à une idée reçue, plus il fait beau, plus on vote.

"Trois degrés en plus (par rapport à la moyenne sur 30 ans) augmentent la participation d'environ un point et quatre heures de soleil en plus d'environ un quart de point", souligne l'étude des deux universitaires.

A l'inverse, "les précipitations ont un effet dépressif: plus il pleut, moins les gens votent. Six millimètres de pluie en plus (que la moyenne) diminuent la participation d'environ un point", ajoutent-ils.

À suivre aussi

Présidentielles en Tunisie : un scrutin indécis
Politique Présidentielle en Tunisie : un scrutin indécis
Joe Biden et Bernie Sanders font partie des favoris de la primaire démocrate, en compagnie d'Elizabeth Warren.
Présidentielle Etats-Unis : que faut-il attendre du troisième débat de la primaire démocrate ?
Tunisie Tout savoir sur Mounir Baatour, premier candidat gay à la présidentielle tunisienne

Ailleurs sur le web

Derniers articles