Franck Riester : "Hollande, c’est la démagogie"

Le député UMP Franck Riester. [LIONEL BONAVENTURE / AFP]

Le député UMP de Seine-et-Marne, Franck Riester, veut croire aux chances de Nicolas Sarkozy de l’emporter. Selon lui, le projet de son candidat ne peut que convaincre, face à un François Hollande dont la stratégie se résume à «l’évitement».  

 
Les sondages montrent un infléchissement de la dynamique en faveur de Nicolas Sarkozy. Etes-vous inquiet ? 
Non, car nombre de personnes sont indécises. L’égalité du temps de parole ne permet pas d’aller au fond du débat. Nous attendons donc avec impatience le face-à-face du second tour avec François Hollande. Il y aura alors une véritable confrontation de deux projets, deux personnes. L’une est dans le courage, l’autre dans l’évitement. L’une est dans la vérité quand l’autre est dans la démagogie. 
 
La campagne de Nicolas Sarkozy a-t-elle été à la hauteur des enjeux ? 
Clairement oui ! Il est sur les sujets prioritaires pour les Français. Ainsi, pour faire baisser le chômage et accroître davantage le pouvoir d’achat, il faut améliorer la compétitivité de notre pays. C’est pourquoi Nicolas Sarkozy défend, par exemple, la réciprocité en matière de marchés publics et veut engager la discussion sur le rôle de la Banque centrale européenne (BCE), afin d’obtenir un taux de change de l’euro plus favorable aux exportations. 
 
Cela ne vient-il pas trop tard, alors que l’immigration et la sécurité ont dominé le discours de votre candidat ? 
Non, ce n’est pas trop tard, car contrairement à François Hollande qui n’a toujours pas de stratégie économique et sociale, Nicolas Sarkozy est clair depuis le début de cette campagne. La réduction des dépenses publiques, la compétitivité, la recherche et l’innovation sont au cœur de sa stratégie pour une France forte. Il n’en reste pas moins vrai que les Français ont de véritables attentes en matière d’immigration et de sécurité. 
 
Vous êtes favorables au mariage homosexuel. Que pensez-vous du maintien au sein de l’UMP de Christian Vanneste, qui a tenu des propos homophobes ? 
ll a fait, une fois de trop, des déclarations regrettables. L’UMP lui a enlevé son investiture aux législatives dans sa circonscription du Nord. Il s’est engagé à quitter notre parti. Si dans quelques jours ou quelques semaines, il n’a pas tenu son engagement, il sera exclu à l’occasion d’un bureau politique. 
 

Vous aimerez aussi

Bernard Henri Lévy, philosophe et écrivain, à propos du slogan "suicidez-vous" scandé par des gilets jaunes
Interview Bernard-Henri Lévy à propos du slogan «Suicidez-vous» des gilets jaunes : «C'est abject»
Le Bitcoin et les cryptomonnaies ont vu leur statut fiscal modifié.
Interview Impôts sur le Bitcoin et les cryptomonnaies : «Le régime de la flat tax a le mérite de la simplicité»
Emmanuel Macron, lundi soir, lors de son déplacement à Notre-Dame de Paris.
Interview «Notre-Dame devient une métaphore du combat politique de Macron», selon le politologue Philippe Moreau-Chevrolet

Ailleurs sur le web

Derniers articles