Les candidatures baroques aux législatives

Candidatures législatives Des affiches électorales lors des législatives de 2007, à Paris.[ERIC FEFERBERG / AFP]

Les candidats aux législatives avaient jusqu'à vendredi dernier pour déposer leurs candidatures. Mais avant même cette formalité, quelques candidats insolites se sont manifestés.

Les dernières candidatures ont été officiellement déposées dans les préfectures des départements ce vendredi soir. Sous réserve qu'elles soient valides, et avant le début de la campagne qui démarrera officiellement lundi 21 mai, des personnalités originales n'ont pas tardé à faire savoir qu'elles se soumettraient aux suffrages.

A commencer par Céline Bara, une actrice porno qui compte 180 films à son actif. Elle se présente aux législatives en Ariège pour, dit-elle, défendre des idées d'extrême gauche et une farouche hostilité à toute religion. L'actrice qui fut nominée en 2000 aux Hots d'or dans la catégorie starlette devrait prendre pour suppléant son époux, Cyrille, qui a produit tous ses films. C'est avec lui qu'elle a créé en août 2011 un Mouvement antithéiste et libertin (Mal) qui revendique être "complètement anticapitaliste", et qui souhaite refaire de "l'humain une priorité". Vaste programme donc.

Cindy Lee de de son côté, candidate dans la 7e circonscription de Paris, assume parfaitement la dimension hédoniste de son engagement. Le nom de son mouvement fait office de programme : le Parti du Plaisir. Cette femme de 45 ans, au maquillage peu discret et aux formes un brin provocantes, se lance dans sa 4e campagne. en 2007, elle avait obtenu 1,1% des voix.

Autre personnalité singulière candidate aux élections législatives, Charles-Philippe d'Orléans, neveu du prétendant actuel à la couronne de France. Le descendant direct de Louis-Philippe, dernier roi des Français, se présente sans étiquette sur la 5e circonscription des Français de l'étranger, celle qui couvre Andorre, l'Espagne, Monaco et le Portugal. A 39 ans, ce chef d'entreprise ne peut s'empêcher d'afficher un certain pedigree : "Français de naissance, j'ai vécu 20 ans en Espagne et habite depuis 5 ans au Portugal" qui explique par ailleurs qu'il a été officier dans l'armée française "pendant neuf ans".

L'ex-présentateur météo Patrice Drevet a obtenu l'investiture du parti Radical dans la première circonscription de l'Hérault. Ce n'est pas la première fois que le journaliste retraité se présente à un scrutin électoral. Depuis 2008, il s'est présenté à de multiples scrutins sur diverses listes ancrées à droite, du Nouveau Centre à l'Alliance écologique indépendante.

Des partis aux programmes iconoclastes

Si les candidatures baroques ont toujours existées en France aux législatives, le cru 2012 pourrait se révéler excellent. Un arrêté pris le 7 mai autorise pas moins de 44 partis ou groupes politiques à prendre part aux élections des 10 et 17 juin prochain.

Outre les formations politiques traditionnelles, deux partis risquent de faire parler d'eux, bien que leurs programmes politiques soient iconoclastes. C'est le cas du Parti Pirate qui a pour objectif de défendre la liberté sur Internet, sous toutes ses formes. Dénonçant les lois anti-téléchargement type Hadopi, il souhaite favoriser la diffusion de la culture et de la connaissance via la Toile. Il assure pouvoir présenter 102 candidats à travers toutes la France. C'est le cas de Marie-Cécile Jacq dans la 5e circonscription du Finistère ou Edouard Klein dans la 3e de Moselle.

Autre formation politique insolite, le Parti du vote blanc. Après une tentative malheureuse pour la Présidentielle en mai, Stéphane Guyot, son fondateur, n'a pas renoncé à donner un sens aux votes blancs, jamais comptabilisés dans les résultats définitifs. Pour lui le meilleur moyen de faire prendre en compte les bulletins blancs, c'est de présenter un candidat sous la bannière du Parti du vote blanc qui renoncera à son mandat éventuel. Pour les élections du 10 juin, il sera candidat dans la 8e circonscription de Paris qui comprend une partie du 12e et du 20e arrondissement. Sacré pari pour cet agent immobilier de 42 ans, marié et père de 3 enfants. 

Les automobilistes en colère ont désormais leur parti politique avec le Mouvement anti-radar qui présente 80 candidatures dans toute la France. D'après Marc Dorcet, le directeur de campagne, revendique le caractère "apolitique du mouvement dans la mesure où le programme ne concerne que les libertés fondamentales, le permis à points et son corrollaire le radar". 

Lire aussi : 

Dans le Lot, deux Orliac mais un seul bulletin de vote

Vous aimerez aussi

Le président élu du Brésil Jair Bolsonaro à Brasilia le 5 décembre 2018 [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections Le nouveau président du Brésil Jair Bolsonaro dévoile son gouvernement
Un manifestant anti-Brexit devant le Parlement britannique
Royaume-Uni Brexit : quels scénarios possibles en cas de rejet de l'accord par le Parlement ?
Élections Tout savoir sur la Française Salomé Zourabichvili élue présidente de la Géorgie

Ailleurs sur le web

Derniers articles