Encadrement des loyers: une "mauvaise mesure" pour Benoist Apparu

L'ex-ministre UMP du Logement, Benoist Apparu le 17 janvier 2012 à Paris[AFP/Archives]

L'ex-ministre UMP du Logement, Benoist Apparu, a estimé vendredi que l'encadrement en préparation des loyers des logements privés était une "mauvaise mesure", estimant que seule la construction de davantage de logements permettrait de résoudre la crise dans ce domaine.

"C'est une mauvaise mesure, a dit M. Apparu sur France Inter, pourquoi ça (les loyers) monte? Parce que vous avez un déséquilibre entre l'offre et la demande."

"Si vous répondez à cela en réduisant de fait encore l'offre, vous aboutirez à l'effet inverse", a-t-il ajouté, tout en reconnaissant que les loyers à Paris notamment étaient "trop élevés".

Il faut construire "plus de logements (...) C'est la seule façon de rééquilibrer l'offre et la demande", a poursuivi l'ex-ministre. "On construit. Si en attendant, vous prenez une mesure type, le blocage des loyers (...), les investisseurs (...) vont se détourner de ces marchés-là", a-t-il estimé.

Le décret d'encadrement des loyers des logements privés, lors d'une relocation ou du renouvellement du bail, va concerner 43 agglomérations de l'Hexagone et de l'Outre-mer, selon le projet gouvernemental.

Réagissant aux propos de M. Apparu, la ministre du Logement, Cécile Duflot, a souligné qu'il s'agissait d'une "mesure d'urgence" et a renvoyé M. Apparu à son bilan, jugeant que ses déclarations étaient "en totale contradiction avec les dernières décisions qu'il a prises".

"Les mauvais chiffres de la construction constatés ces derniers mois sont le fruit des récentes décisions prises par le gouvernement précédent, véritable artisan de la dérégulation immobilière et de la baisse de la construction", déclare Mme Duflot dans un communiqué.

Dénonçant une politique antérieure "en dents de scie", Mme Duflot a estimé que le monde de la construction avait "besoin de règles stables et de continuité". Elle a aussi rappelé "l'ambition du gouvernement" de "construire chaque année 500.000 nouveaux logements -dont 150.000 logements sociaux- de façon à développer l'offre, à répondre aux besoins des Français et à lutter contre la flambée des prix".

Vous aimerez aussi

La chronique Immobilier du 16/10/2018
Immobilier La chronique Immobilier du 16/10/2018
La chronique Immobilier du 15/10/2018
Immobilier La chronique Immobilier du 15/10/2018
La chronique Immobilier du 12/10/2018
Immobilier La chronique Immobilier du 12/10/2018

Ailleurs sur le web

Derniers articles