Prostitution, Taubira mise sur les politiques publiques

La ministre de la Justice Christiane Taubira lors du discours de politique générale du Premier ministre Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale, le 3 juillet 2012[AFP]

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, préconise de mettre les politiques publiques au service de la lutte contre la prostitution, soulignant que "la loi punit déjà le proxénétisme".

Mme Taubira était interrogée sur France Inter sur la volonté de la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, d'"abolir" la prostitution, et sur la piste d'une pénalisation des clients.

"Ce qu'il faut retenir, c'est que la très grande majorité des femmes prostituées sont des victimes de réseaux de traite, d'abus, de proxénétisme", a répondu la garde des Sceaux, ajoutant que "la loi punit déjà le proxénétisme".

Alors qu'on lui demandait s'il fallait aller plus loin, elle a fait la distinction entre "politiques pénales" et "politiques publiques".

"Les politiques pénales c'est de faire des lois. Il y en a quelques-unes déjà", a-t-elle souligné.

"Les politiques publiques, c'est de mettre en oeuvre l'intention du législateur. Et je crois qu'il faut que nous ayons les moyens vraiment de poursuivre les réseaux de proxénétisme, de les sanctionner, de les démanteler, que nous devons donner les moyens aussi aux femmes d'accéder à d'autres métiers, que nous devons créer les conditions pour qu'elles ne tombent pas dans ces réseaux-là".

"C'est le Premier ministre qui arbitrera sur cette question", a souligné Mme Taubira.

À suivre aussi

Migrants Open Arms : la justice italienne ordonne de débarquer les rescapés en Sicile
Justice Salvador : la femme jugée pour meurtre après avoir perdu son bébé a été acquittée
Orly Elle accuse son compagnon de projeter un attentat pour l’empêcher de prendre l’avion, la justice la condamne

Ailleurs sur le web

Derniers articles