Fioraso annonce un "moratoire" sur l'évaluation des enseignants-chercheurs

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche Geneviève Fioraso le 17 mai 2012 à Paris[AFP/Archives]

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche Geneviève Fioraso a annoncé mercredi un "moratoire" sur l'évaluation controversée des enseignants-chercheurs prévue par un décret de 2009.

L'évaluation "n'est pas un mot tabou", mais "les modalités qui avaient été préconisées paraissent inacceptables et d'ailleurs ne sont pas acceptées", a déclaré Mme Fioraso, lors du lancement des Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Ces modalités sont fixées dans un décret dit "décret Pécresse", qui avait provoqué un mouvement social universitaire de près d'un semestre et avait été réécrit, tout en restant contesté.

Ce décret prévoit que les enseignants-chercheurs soient évalués tous les quatre ans par le Conseil national des universités (CNU, composé de leurs pairs) sur l'ensemble de leurs activités.

"Nous avons fait un moratoire sur l'application de ces modalités en attendant les Assises, mais nous ne refusons pas pour autant les expérimentations qui nous ont été proposées par certaines organisations syndicales", a expliqué Mme Fioraso, disant compter "sur la créativité des participants aux Assises".

Des enseignants-chercheurs réclamaient l'abrogation du décret dans des pétitions. "Temps et liberté sont les conditions de la recherche universitaire. Ces conditions sont minées par une évaluation systématique et périodique qui conduira à instaurer un esprit de conformisme et de soumission étranger à l'accomplissement de nos missions", explique l'une d'entre elles.

À suivre aussi

Education Maternelle, Primaire, Collège, Lycée... Tout ce qui change à la rentrée scolaire 2019
Education Un lycée américain a trouvé la solution pour bloquer les smartphones de ses élèves
Le CP et le lycée moins chers mais le collège plus coûteux: le budget alloué par les familles pour la rentrée 2019 sera globalement en stagnation, selon une enquête de la Confédération syndicale des familles (CSF). [MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives]
Education Le coût de la rentrée scolaire stagne cette année

Ailleurs sur le web

Derniers articles