Le patron de PSA Peugeot Citroën rejette l'idée d'une aide de l'Etat

De GàD: Frederic Saint-Geours,Thierry Peugeot et Philippe Varin (en gros plan sur l'écran) le 25 avril 2012 à Paris[AFP/Archives]

Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën a rejeté jeudi l'idée d'un prêt ou d'une entrée de l'Etat au capital du constructeur automobile français qui vient d'annoncer la suppression de 8.000 postes en France.

"Nous avons une sécurité financière importante, ce qui fait que ce sujet n'est pas à l'ordre du jour", a déclaré Philippe Varin lors d'une conférence de presse en marge d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire. "Mettre de l'argent dans le groupe n'est pas ce qui remplira nos usines", a-t-il fait valoir.

À suivre aussi

Les patrouilleurs, les anges gardiens de l'autoroute
Sécurité routière Les patrouilleurs, les anges gardiens de l'autoroute
Des Lamborghini [photo] et des Ferrari de contrefaçon étaient assemblées puis vendues à des prix très inférieurs à ceux du marché.
Automobile Brésil : une usine de fabrication de fausses Ferrari et Lamborghini découverte
Bègles première ville "zone 30 km/h"
Sécurité routière Bègles, première ville «zone 30 km/h»

Ailleurs sur le web

Derniers articles