PSA : Pôle emploi sollicité selon un syndicat, le gouvernement dément

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, le 12 juillet 2012 à Paris[AFP]

Le ministère du Redressement productif et la préfecture d'Ile-de-France ont démenti jeudi la convocation dans l'après-midi d'une réunion avec Pôle emploi sur PSA, annoncée par une source syndicale du service public de l'emploi.

"Cet après-midi, la direction régionale Ile-de-France est convoquée par le préfet de région avec le commissaire en charge de la restructuration industrielle - les équipes du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg - pour parler de la collaboration de Pôle emploi dans les mesures de reclassement des salariés de PSA", a indiqué la source syndicale de l'opérateur de l'Etat à l'AFP.

Le ministère du Redressement productif a par la suite démenti la tenue d'une telle réunion de même que la préfecture d'Ile-de-France.

"Nous n'avons jamais demandé ni au préfet de région, ni au commissaire du redressement productif, ni au directeur de Pôle emploi Ile-de-France de se mobiliser. A ce jour, aucun salarié de chez PSA n'est licencié", a indiqué à l'AFP le ministère.

Le ministère a précisé que "la mission (confiée à l'expert Emmanuel) Sartorius est en train d'expertiser les allégations du groupe PSA".

PSA a annoncé jeudi l'arrêt de la production dans son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) en 2014 et la suppression de 8.000 postes en France, après avoir enregistré une perte nette au premier semestre.

Environ 3.100 salariés, auxquels s'ajoutent 300 intérimaires, travaillent à Aulnay.

 

Réactions d'EELV et de l'UMP

Xavier Bertrand préconise un "plan massif de soutien" à l'industrie automobile

PSA : "un séïsme" selon Bernard Thibault

"La cote d'alerte est dépassée" selon Jean-François Copé

Montebourg attend pour s'exprimer, le gouvernement également

Vous aimerez aussi

Les syndicats majoritaires de Pimkie ont rejeté le plan de départs volontaires de la direction [ / AFP/Archives]
Social Pimkie : le plan de départs volontaires rejeté par les syndicats majoritaires
Assemblée nationale Législatives : plus de 1.000 collaborateurs de parlementaires vont perdre leur emploi
La cession d'André (135 magasins, 786 salariés), est redoutée par les syndicats [GEORGES GOBET / AFP/Archives]
Emploi Le groupe Vivarte supprime des centaines de postes

Ailleurs sur le web

Derniers articles