Hollande rend hommage aux deux gendarmes tuées en juin

Le président François Hollande. Le président François Hollande. (Archive)[JEAN-PIERRE CLATOT / AFP]

Cent jours précisément après son élection, le président François Hollande a interrompu une nouvelle fois ses vacances mardi pour une rencontre avec les gendarmes de Pierrefeu-du-Var qui avaient perdu deux des leurs, le 17 juin, deux femmes tuées par balle.

Ce déplacement, le premier du chef de l'Etat consacré aux questions de sécurité, coïncide avec des affrontements violents entre jeunes et forces de l'ordre, survenus dans la nuit de lundi à mardi à Amiens.

Arrivé à 10H30 dans cette localité varoise située à une trentaine de kilomètres de sa villégiature estivale du Fort de Brégançon (Var), François Hollande, accompagné du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, devait d'abord s'entretenir avec la famille de l'une des gendarmes tuées avant de rencontrer ses collègues, toujours à huis clos, et de faire une déclaration publique.

Les deux gendarmes tuées, Alicia Champlon, 29 ans, et Audrey Berthaut, 35 ans, intervenaient pour ce qui se présentait comme un banal différend, à Collobrières, lorsqu'elles ont été abattues par un homme. Arrêté, leur meurtrier présumé, 30 ans, est incarcéré depuis.

Les cent jours de François Hollande sont ainsi dominés par le thème de la sécurité. Le chef de l'Etat lui-même avait déjà fait une brève incursion sur ce terrain samedi, se rendant au chevet des victimes d'un braquage lors d'une visite impromptue au CHU de Grenoble. Quittant l'hôpital, il avait annoncé que Grenoble pourrait rejoindre la liste des zones prioritaires de sécurité, soulignant "l'action résolue" du gouvernement contre les trafics d'armes en France.

"La lutte pour la sécurité est une priorité du gouvernement", a encore souligné lundi le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, après l'agression de deux policiers, dont l'un a été défiguré, ce week-end à Aix-en-Provence.

Quant à Manuel Valls, il affiche depuis plusieurs jours sa fermeté sur tous les dossiers chauds du moment: expulsions de Roms ou centres éducatifs fermés.

Vous aimerez aussi

gilets jaunes Dispositif de sécurité exceptionnel pour la journée du 8 décembre
Mobilisation social «Gilets jaunes» : un dispositif de sécurité revu pour le samedi 8 décembre
gilets jaunes Casse-tête sécuritaire à l'approche des manifestations du 8 décembre

Ailleurs sur le web

Derniers articles