Sécurité : Ciotti s'interroge sur la "ligne du gouvernement"

Eric Ciotti Eric Ciotti.[SEBASTIEN NOGIER / AFP]

Eric Ciotti, secrétaire national de l'UMP à la sécurité, interrogé jeudi sur les violences à Amiens, a demandé quelle était la "ligne du gouvernement", opposant les messages "de fermeté" du ministre de l'Intérieur et ceux "d'impunité" de la garde des Sceaux.

Sur RTL, le président du conseil général des Alpes-maritimes a assuré que "rien ne peut justifier ce qui s'est passé" dans cette ville. "Il ne peut pas y avoir d'explication sociale lorsque l'on tire, avec des munitions qui ont pour objectif de tuer, contre des policiers".

"La seule réponse, c'est la fermeté", a insisté le député. Or "la difficulté vient de la ligne du gouvernement. On entend d'un côté le ministre de l'Intérieur faire assaut de propos de fermeté, et je peux les comprendre et même les approuver. Et de l'autre côté, il y a ce message extraordinairement dangereux de Mme Taubira qui est véritablement un message d'impunité".

"Plus de tribunaux correctionnels pour mineurs, plus de peines planchers pour multirécidivistes, plus de centre éducatifs fermés et la dernière cerise sur le gâteau, plus de courtes peines de prison", a insisté M. Ciotti.

Il a affirmé avoir "discuté avec beaucoup de policiers" qui lui "disent que depuis quelques semaines, ils sont confrontés à un nouveau climat, il y a un sentiment d'impunité, un regard vers les représentants de l'autorité, qui font un métier difficile - policiers gendarmes - qui est nouveau".

"Il faut que le président de la République - dont le grand talent reconnu est celui de la synthèse, qui a été le sien pendant dix ans à la tête du PS, or on ne gouverne pas la France comme le PS à coup de motions de synthèse - décide quelle est la ligne", a exhorté le responsable de l'opposition.

"Il y a manifestement un problème Taubira au sein du gouvernement. Est-ce la ligne Taubira qui domine ou est-ce la ligne Valls?", a-t-il martelé.

"Comment exprimer la fermeté dans des paroles quand dans les actes, le ministre de la justice instaure une forme d'impunité légale, détricote le code pénal? " a-t-il encore déclaré.

Vous aimerez aussi

Faits-divers Paris : trois hommes interpellés après des violences dans le quartier de Châtelet
Polémique Le collaborateur violent de Macron était dans le bus des Bleus sur les Champs-Elysées
Elysée Alexandre Benalla : l'Elysée aurait failli à l'article 40 du code de procédure pénale

Ailleurs sur le web

Derniers articles