Eric Woerth entendu mercredi par le juge Jean-Michel Gentil

L'ancien ministre et trésorier de l'UMP Eric Woerth a été entendu mercredi après-midi pendant plusieurs heures par un des juges bordelais en charge de l'affaire Bettencourt, Jean-Michel Gentil, a-t-on appris mercredi soir de source proche du dossier.[AFP] L'ancien ministre et trésorier de l'UMP Eric Woerth a été entendu mercredi après-midi pendant plusieurs heures par un des juges bordelais en charge de l'affaire Bettencourt, Jean-Michel Gentil, a-t-on appris mercredi soir de source proche du dossier.[AFP]

L'ancien ministre et trésorier de l'UMP Eric Woerth a été entendu mercredi après-midi pendant plusieurs heures par un des juges bordelais en charge de l'affaire Bettencourt, Jean-Michel Gentil, a-t-on appris mercredi soir de source proche du dossier.

M. Woerth a également été confronté pendant plus d'une heure à l'ancienne comptable des Bettencourt, Claire Thibout, a-t-on appris de même source.

L'ancien ministre avait été mis en examen en février dans le cadre des affaires Bettencourt, le 8 pour trafic d'influence passif, et le 9 pour "recel" d'une somme en numéraire remise par Patrice de Maistre, l'ancien homme de confiance de Liliane Bettencourt.

Mme Thibout a toujours prétendu que début 2007, soit quelques mois avant l'élection présidentielle emportée par Nicolas Sarkozy, M. de Maistre lui avait demandé 150.000 euros en liquide qu'il avait dit destiner à M. Woerth, qu'elle n'avait pu lui en remettre que 50.000, et que quelques jours plus tard M. de Maistre lui avait vanté l'avantage d'avoir des comptes en Suisse. Cela avait fait penser à la comptable que M. de Maistre avait pu trouver la somme restante sur des comptes de Mme Bettencourt dans ce pays.

Mercredi, Mme Thibout a répété tout cela, et insisté sur le fait qu'elle n'avait jamais eu affaire à M. Woerth en personne. Lui a démenti de nouveau toute remise d'une telle somme par M. de Maistre. Ce dernier, qui a passé près de trois mois en prison cette année, a toujours nié les dires de Mme Thibout.

Le juge Gentil a également posé quelques questions à l'ancienne comptable sur ses relations avec Florence Woerth, qui travaillait elle aussi pour le compte des Bettencourt, dans la société Clymène chargée d'administrer les dividendes de l'Oréal versés à la milliardaire, a-t-on encore appris.

Vous aimerez aussi

Justice Tariq Ramadan a reconnu des relations sexuelles «consenties» avec deux femmes qui l'accusent de viol
Faits divers Professeure braquée avec une arme factice à Créteil : le lycéen mis en examen
L'islamologue suisse Tariq Ramadan le 26 mars 2016 à Bordeaux [MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives]
Justice Enquête pour viol : Tariq Ramadan, contredit par des SMS, présente aux juges sa nouvelle défense

Ailleurs sur le web

Derniers articles