Sapin : pour les salariés, "la flexibilité ça veut dire courber l'échine"

Le ministre du Travail Michel Sapin a justifié vendredi son refus du terme de "flexibilité" pour les négociations patronat-syndicats qui vont être lancées lundi sur la sécurisation de l'emploi, estimant que pour les salariés cela signifiait "courber l'échine". [AFP] Le ministre du Travail Michel Sapin a justifié vendredi son refus du terme de "flexibilité" pour les négociations patronat-syndicats qui vont être lancées lundi sur la sécurisation de l'emploi, estimant que pour les salariés cela signifiait "courber l'échine". [AFP]

Le ministre du Travail Michel Sapin a justifié vendredi son refus du terme de "flexibilité" pour les négociations patronat-syndicats qui vont être lancées lundi sur la sécurisation de l'emploi, estimant que pour les salariés cela signifiait "courber l'échine".

"Flexibilité ça veut dire quoi dans l'esprit de ceux qui sont dans la difficulté ? Ça veut dire courber l'échine. Quand je vous dis +gagnez moins+, vous gagnerez moins, +travaillez autrement+, vous travaillerez autrement", a déclaré le ministre sur Canal+, en réponse au patronat qui utilise ce terme.

Insistant sur la "sécurisation de l'emploi", il a estimé qu'il fallait "remettre le contrat à durée indéterminée (CDI) au coeur" du débat.

Aujourd'hui, "le contrat à durée indéterminée, qui devrait être le pilier même du droit social (...) c'est une exception alors que les CDD, les intérims, les stages, ça devient la règle", a-t-il dit, affirmant qu'"il n'y a pas un jeune sur cinq qui rentre dans la vie active avec un CDI".

Il a aussi fait valoir qu'il fallait une certaine "adaptabilité" car la situation des entreprises peut changer. "Il y a des produits qui marchaient et qui ne marchent plus, il y a des évolutions technologiques", a-t-il fait remarquer. "Il est donc normal de faciliter cette adaptation, mais dans le respect des salariés", a-t-il ajouté.

"Cette grande négociation est une première", a-t-il affirmé.

Interrogé sur le point de savoir si la taxation à 75% des très hauts salaires promise par François Hollande allait être adoucie, M. Sapin a indiqué que les engagements de la campagne seront tenus.

"Oui tous ceux qui gagnent par leurs salaires plus d'un million d'euros seront taxés au delà de ce million d'euros", a-t-il dit, ajoutant qu'il y aura des différences en fonction de la situation de famille et que la taxation des revenus exceptionnels des sportifs ou des artistes sera étalée.

"Nous faisons ce que nous disions pendant la campagne", a-t-il noté.

Vous aimerez aussi

Automobile Blanquefort : Ford préfère fermer l'usine plutôt qu'une reprise
Pauvreté : encore un problème majeur en France en 2018
Social Pauvreté : encore un problème majeur en France en 2018
Social Grève du mardi 9 octobre : quelles perturbations à la SNCF et la RATP ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles