Copé : "Les militants n'ont pas envie de se faire dicter leur vote"

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a estimé dimanche sur Canal+ que les militants n'avaient "pas envie de se faire dicter" leur vote par des "barons" du parti, lors de l'élection, en novembre, du président de l'UMP. [AFP] Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a estimé dimanche sur Canal+ que les militants n'avaient "pas envie de se faire dicter" leur vote par des "barons" du parti, lors de l'élection, en novembre, du président de l'UMP. [AFP]

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a estimé dimanche sur Canal+ que les militants n'avaient "pas envie de se faire dicter" leur vote par des "barons" du parti, lors de l'élection, en novembre, du président de l'UMP.

"Je suis plutôt le candidat des militants dans la mesure où j'ai cette immense chance d'être à la tête de ce parti depuis près de deux ans maintenant. Nous avons vécu lors de la campagne présidentielle auprès de Nicolas Sarkozy, même si nous avons été battus, des moments absolument exceptionnels. C'est vrai que ça a créé un lien -politique sans doute, mais surtout affectif- extrêmement fort", a-t-il déclaré.

"Je le vois puisque, tous les jours, je suis dans une fédération différente", a rappelé M. Copé, qui a tenu ce dimanche une réunion publique à Saint-Gilles (Gard) avec 2.000 militants, selon les responsables UMP locaux.

"J'ai employé le mot de +baron+", en visant sans les nommer son grand rival François Fillon, favori des sondages auprès des sympathisants UMP, et ses soutiens, "parce que j'ai été très frappé de voir qu'un certain nombre de personnalités, qui ont pour elles l'ancienneté, la respectabilité, parfois des parcours ministériels importants, pensaient pouvoir prescrire leur vote aux militants", a-t-il ajouté.

"Ce qui est intéressant, c'est de voir qu'en réalité, à l'occasion de cette élection, les militants n'ont pas forcément envie de se faire dicter ce qu'ils voteront. Quand j'entends tel ou tel dire +pourquoi est-ce qu'il y a d'autres candidats, ce n'est pas la peine+, eh bien si, je crois que c'est important qu'il y ait une vraie diversité", a souligné M. Copé.

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May à Birmingham (centre de l'Angleterre) le 2 octobre 2018. [Oli SCARFF                           / AFP]
Royaume-Uni Au congrès des Tories, Theresa May veut rassurer sur le Brexit
Le candidat de Donald Trump à la Cour suprême, Brett Kavanaugh, devant la commission judiciaire du Sénat américain le 4 septembre 2018  [SAUL LOEB / AFP]
Politique Les démocrates assaillent le candidat de Trump à la Cour suprême
Congrès de Versailles : les moments forts du discours de Macron
Politique Congrès de Versailles : les moments forts du discours d'Emmanuel Macron

Ailleurs sur le web

Derniers articles