Présidence de l'UMP : Le Maire ira "jusqu'au bout"

L'ancien ministre Bruno Le Maire a indiqué lundi être "loin du compte" concernant les parrainages requis pour briguer la présidence de l'UMP, mais a assuré qu'il irait jusqu'à la date limite fixée par son parti. [AFP] L'ancien ministre Bruno Le Maire a indiqué lundi être "loin du compte" concernant les parrainages requis pour briguer la présidence de l'UMP, mais a assuré qu'il irait jusqu'à la date limite fixée par son parti. [AFP]

L'ancien ministre Bruno Le Maire a indiqué lundi être "loin du compte" concernant les parrainages requis pour briguer la présidence de l'UMP, mais a assuré qu'il irait jusqu'à la date limite fixée par son parti.

Est-il toujours dans la course ? "Plus que jamais", a déclaré sur France Inter le député de l'Eure, déterminé à tenir son "discours de vérité jusqu'au bout".

"On a jusqu'au 18 septembre" pour rechercher ces parrainages, a-t-il rappelé, assurant qu'il "poursuivra cette quête" jusqu'à la date butoir.

"On dépassera les 4.000 parrainages cette semaine", a assuré l'ex-ministre, alors que 7.924 sont exigés (3% des adhérents UMP).

"Je suis encore loin du compte", a-t-il observé. "Vous savez, quand on n'a pas accès aux fichiers - je n'ai, grâce à l'aide de quelques députés, que les fichiers de 25 fédérations sur 101 -, approcher les 4.000 parrainages, ça montre qu'à l'UMP il fallait être à la hauteur de la gravité de la situation".

Interrogé sur l'éventualité d'une alliance de quadras avec Xavier Bertrand et Nathalie Kosciusko-Morizet, il a répondu : "Je ne cherche pas des accords de circonstance, je cherche à porter le renouveau sur les idées et la pratique politique".

Qui sont les candidats à la présidence de l'UMP ?

Vous aimerez aussi

Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à l'issue de sa rencontre avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le 28 février 2019 à Hanoï [Saul LOEB / AFP]
Etats-Unis Donald Trump accuse son ex-avocat Michael Cohen d'avoir «beaucoup menti» devant le Congrès
Etats-Unis Pour son ex-avocat, Donald Trump est «un raciste, un escroc et un tricheur»
Donald Trump prononce son discours sur l'état de l'Union devant le Congrès le 30 janvier 2018  [SAUL LOEB / AFP/Archives]
Etats-Unis Donald Trump face au Congrès, le mur en toile de fond

Ailleurs sur le web

Derniers articles