Ayrault admet que le président "normal" c'est fini

Jean-Marc Ayrault a admis mardi que le président "normal" comme se définissait François Hollande, c'était fini et que l'on était "passé à une autre étape". [AFP] Jean-Marc Ayrault a admis mardi que le président "normal" comme se définissait François Hollande, c'était fini et que l'on était "passé à une autre étape". [AFP]

Jean-Marc Ayrault a admis mardi que le président "normal" comme se définissait François Hollande, c'était fini et que l'on était "passé à une autre étape".

"Le président normal, c'est fini ?", lui demande-t-on sur Europe 1. "On est passé effectivement à une étape différente qui est que le président de la République assume - et les Français l'ont vu - avec courage, sincérité mais aussi détermination, la mission qu'il s'est fixée et que les Français lui ont confiée: le redressement du pays dans la justice", a répondu le Premier ministre.

Les Français "savent qu'à l'Elysée, il y a un patron, un président", a-t-il ajouté. "Le président de la République veut rester simple et en même temps il incarne une fonction", a-t-il dit encore.

François Fillon devrait commencer par faire son propre bilan avant d'en rajouter "une couche tous les matins" dans son opposition au gouvernement, a estimé Jean-Marc Ayrault, son successeur à Matignon, fustigeant le bilan de l'ancien Premier ministre UMP.

"Je préférerais qu'il commence par faire le bilan de ce qu'il a fait et de ce qu'il n'a pas fait", a dit le chef de gouvernement, interrogé par Europe 1 en direct de Marseille, où il s'est installé pour deux jours. "Il y a cinq ans, il (François Fillon) avait dit +je suis à la tête d'un Etat en faillite+. Et qu'est-ce qu'il a fait ? Il a laissé filer la dette, 600 milliards de dettes supplémentaires. Croyez-vous que la situation de la France s'est améliorée depuis cinq ans qu'il était au pouvoir?", s'est exaspéré Jean-Marc Ayrault.

François Fillon "est en campagne électorale contre ses propres amis. Par rapport à Jean-François Copé (le secrétaire général de l'UMP), tous les matins, il en rajoute encore une couche pour apparaître encore plus radical dans son opposition", a-t-il raillé, alors qu'il était interrogé sur les déclarations de l'ancien Premier ministre annonçant davantage de chômeurs et la récession dans les deux ans à venir.

À suivre aussi

Heurts entre policiers et manifestants, le 24 août 2019 à Hong Kong [Lillian SUWANRUMPHA / AFP]
Asie Hong Kong : hormis une «très grosse» concession, pas de solution évidente pour sortir de l'impasse
Politique Emmanuel Macron salue l'action du gouvernement et dit ne pas prévoir de remaniement d'ampleur
Politique La réforme des retraites au programme de la rentrée du gouvernement

Ailleurs sur le web

Derniers articles