Peillon : la liberté d'expression, un principe "intangible"

Vincent Peillon le 19 septembre 2012 à la sortie du Conseil des ministes à l'Elysée à Paris [Bertrand Langlois / AFP] Vincent Peillon le 19 septembre 2012 à la sortie du Conseil des ministes à l'Elysée à Paris [Bertrand Langlois / AFP]

Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a affirmé jeudi sur France Culture que la liberté d'expression était un principe "intangible", après la publication mercredi par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo de caricatures du prophète Mahomet.

La liberté d'expression "a été très importante pour notre civilisation", "c'est comme ça qu'on a fait la démocratie, il faut la préserver", a-t-il déclaré.

"C'est intangible, on ne peut pas transiger avec ça", car sinon, c'est "le premier pas vers l'autoritarisme", a-t-il estimé.

"Il faut qu'il y ait dans une société démocratique quelques personnes qui n'aient pas à se préoccuper des conséquences" de l'usage de la liberté d'expression, a ajouté le ministre.

Ce journal, "on n'est pas obligé de le lire, de l'acheter", a-t-il fait valoir.

Ensuite, c'est la responsabilité du Premier ministre et du ministre des Affaires étrangères "de protéger la vie d'un certain nombre de Français", a-t-il ajouté.

Vous aimerez aussi

La façade du quotidien «The Boston Globe», photographiée le 20 février 2013, à Boston, dans le Massachusetts  [DARREN MCCOLLESTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives]
Etats-Unis Vilipendés par Trump, les journaux défendent la liberté de la presse
A.G. Sulzberger, directeur de la publication du New York Times, le 23 avril 2018 à New York [ROB KIM / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives]
Etats-Unis «Fake news» : le patron du New York Times met Donald Trump en garde
Booba Quand Benalla posait pour l'Obs avec une arme

Ailleurs sur le web

Derniers articles