Bartolone estime que Bruxelles devrait assouplir l'objectif des 3%

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone , le 17 juillet 2012 à Paris [Bertrand Guay / AFP/Archives] Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone , le 17 juillet 2012 à Paris [Bertrand Guay / AFP/Archives]

Le président de l'Assemblée nationale en France, Claude Bartolone, a fait dimanche un appel du pied à la Commission européenne à propos de la réduction des déficits à 3% du PIB en 2013 en France, en estimant que celle-ci devait poser la question de la faisabilité des efforts demandés.

Invité du "Forum" Radio J, M. Bartolone s'est dit "persuadé que sur les 3% (le projet de budget 2013 prévoit de réduire à 3% du PIB les déficits publics, ndlr), c'était à la Commission de dire qu'on ne peut pas demander le même effort aux pays européens lorsqu'il y a de la croissance et lorsqu'il n'y en a pas".

"Mais, a-t-il ajouté aussitôt, je ne souhaite pas que ce soit la France qui donne l'impression (en posant la question) de ne pas tenir ses engagements et sa parole parce que nous aurions à le payer cher au niveau de la gestion de notre dette et de l'effort financier".

Il a jugé que le président de la Commission, José Manuel Barroso, devait "se poser la question" sur les 3%.

Comme on lui demandait s'il était possible de réduire les déficits à ce niveau, il a répondu: "je pense que c'est intenable mais ce n'est pas à la France de le dire".

Vous aimerez aussi

Le déficit serait notamment dû à l'élargissement de ses missions qui n'a pas été suffisamment compensé par l'Etat.
déficit L'ENA au bord de la faillite ?
Social Sécu : déficit fortement réduit en 2018, à 400 millions d'euros
Aurore Bergé, porte-parole de LREM à l'Assemblée, considère que les retraités «peuvent faire un effort».
LREM Pour la LREM Aurore Bergé, les Français sont «schizophréniques» dans leurs revendications

Ailleurs sur le web

Derniers articles