Jean-Vincent Placé exclut une démission des ministres écologistes

Jean-Vincent Placé le 15 mai 2012. Jean-Vincent Placé le 15 mai 2012.[LIONEL BONAVENTURE / AFP]

Jean-Vincent Placé, président du groupe écologiste au Sénat, a exclu dimanche sur i>TELE une démission du gouvernement des ministres écologistes, même si les parlementaires EELV votaient contre le traité budgétaire européen.

Comme on lui demandait si les ministres Cécile Duflot et Pascal Canfin devraient démissionner si les députés et sénateurs votaient contre le traité budgétaire européen, il a répondu: "bien sûr que non". "Le gouvernement gouverne, il ne vote pas ce traité", a-t-il ajouté.

Samedi, le conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts s'est prononcé contre la ratification du traité budgétaire européen et a recommandé à ses parlementaires de faire de même.

Estimant "très positif" la présence des ministres EELV dans le gouvernement, il a ajouté ne "pas être sûr que le côté monocolore (en cas de départs des ministres EELV) dans la période de crise soit bon pour le pays". "Il faut de la diversité".

M. Placé a rappelé que ce traité budgétaire européen était, selon "l'expression de Daniel Cohn-Bendit, le traité Merkozy". "J'ai énormément de respect pour le président Hollande, mais je pense que c'est une erreur de ratifier le traité et c'est pour ça que j'ai l'intention de voter non au Sénat, avec la majorité des parlementaires écologistes".

Il a relevé que les "Verts allemands ont voté à une très courte majorité le oui au traité", alors même que "ce sont les plus favorables au traité dans l'Europe écologiste".

M. Placé a jugé qu'il n'était pas nécessaire qu'il soit "absolument solidaire avec le président (Hollande) pour voter le traité préparé par le précédent" chef de l'Etat.

Il a relevé que le gouvernement avait une majorité pour la ratification du texte "avec l'UMP et le centre".

Vous aimerez aussi

MARTIN BUREAU / AFP
Justice Denis Baupin perd son procès en diffamation contre les médias et ses accusatrices
Ancien directeur des campagnes de Greenpeace France, Yannick Jadot assume un positionnement «ni de droite ni de gauche» pour ces européennes.
Politique Tout savoir sur Yannick Jadot, tête de liste EELV aux élections européennes
Tous les partis espèrent peser sur la prochaine composition du Parlement européen, dont le siège est situé à Strasbourg.
Politique La course aux européennes est lancée

Ailleurs sur le web

Derniers articles