Le Monde réclame le départ des ministres écologistes

Un exemplaire du quotidien du monde [Johanna Leguerre / AFP/Archives] Un exemplaire du quotidien du monde [Johanna Leguerre / AFP/Archives]

Le quotidien Le Monde, dans son éditorial de Une daté de mardi, juge que François Hollande "doit mettre fin aux fonctions" des deux ministres écologistes, Cécile Duflot et Pascal Canfin, au nom de la "cohérence de son action et du respect des électeurs", après la décision d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de rejeter le traité budgétaire européen.

Une telle prise de position, engageant Le Monde dans son ensemble, dans son éditorial traditionnellement non signé comme c'est le cas dans l'édition datée de mardi, est rare.

Son ou ses auteurs estiment qu'en se prononçant samedi à 70% contre la ratification du traité européen, les membres du conseil fédéral d'EELV (parlement du parti composé d'une centaine de membres, ndlr) "ont répondu Non" à "la question de confiance" qui était posée aux écologistes par le tandem de l'exécutif.

Rappelant qu'EELV et le Parti socialiste ont conclu un accord de gouvernement, l'éditorial ajoute : "les écologistes demandent à être traités en partenaire de coalition, ils se comportent en groupuscule irresponsable. Incapables d'avoir une éthique de responsabilité et incohérents, puisqu'ils comptent soutenir le budget 2013".

"Les communistes avaient quitté le gouvernement en 1984, après le virage de la rigueur", est-il souligné. "Au nom de la cohérence de son action et du respect des électeurs, c'est à François Hollande d'en tirer les conséquences: il doit mettre fin aux fonctions des deux ministres d'EELV, Cécile Duflot et Pascal Canfin", respectivement ministre de l'Egalité des territoires et du Logement et ministre délégué chargé du Développement.

"Ils reviendront si leur formation se transforme en parti de gouvernement.

Un jour, peut-être", conclut le texte intitulé "Mettre fin au jeu de dupes des ministres verts".

Vous aimerez aussi

Le président de la République Emmanuel Macron (C) préside le conseil des ministres, le 17 octobre 2018 à Paris [Francois Mori / POOL/AFP]
Politique Macron met la pression sur le gouvernement remanié
Avec ce grand chambardement, l’Elysée espère donner une nouvelle impulsion à un quinquennat en perte de vitesse.
Remaniement Place à la nouvelle équipe gouvernementale
Politique Remaniement : ces inconnus qui entrent au gouvernement

Ailleurs sur le web

Derniers articles