Mélenchon accuse Ayrault de s'employer à "faire taire les autres"

Jean-Luc Mélenchon le 15 septembre 2012 à La Courneuve [Fred Dufour / AFP/Archives] Jean-Luc Mélenchon le 15 septembre 2012 à La Courneuve [Fred Dufour / AFP/Archives]

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, a accusé lundi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault de s'employer principalement à "faire taire les autres", et le président François Hollande de ne proposer qu'un "horizon comptable".

Interrogé lors des "4 vérités" sur France 2 sur le rejet du traité budgétaire européen décidé samedi par les responsables d'EELV, l'eurodéputé s'est insurgé: "ils ont bien le droit de discuter ! Chaque fois que quelqu'un émet un désaccord sur un sujet de fond qui intéresse le pays tout entier, l'avenir, aussitôt, vous avez les sergents serre-file qui arrivent : +silence dans les rangs+".

"Le rôle principal de Jean-Marc Ayrault, c'est de faire taire les autres", a accusé l'ex-candidat à l'Elysée du Front de gauche (11,1%). "Ce n'est pas acceptable".

Par ailleurs, le chef de l'Etat a, à ses yeux, un "comportement tout à fait inadapté à notre époque. Nous sommes dans un temps de crise et il faut agir, entraîner la société, lui proposer des lignes d'horizon ".

"Quelle ligne d'horizon propose François Hollande ? Un horizon comptable, c'est le maximum de son imaginaire politique", a poursuivi M. Mélenchon.

"Il est victime d'une conception de la politique très datée, très archaïque: vous avez là le monarque républicain qui ne bouge pas, qui de temps à autres dit deux-trois paroles qui n'ont pas grande conséquence", selon le responsable Front de gauche.

Il a prédit que se constituera à l'Assemblée nationale "une majorité alternative" avec les élus de son mouvement, les Verts, la gauche du PS. "Nous ne sommes pas l'opposition, nous sommes les ayants droits de la victoire".

Vous aimerez aussi

Le ministre italien du travail Luigi Di Maio, Le président du Conseil Giuseppe Conte, Le vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur Matteo Salvini et le ministre de l'Economie et des finances Giovanni Tria à Rome le 15 octobre 2018 [Filippo MONTEFORTE / AFP]
Économie Le gouvernement italien s'accorde sur le budget 2019 présenté à l'UE
Le déficit serait notamment dû à l'élargissement de ses missions qui n'a pas été suffisamment compensé par l'Etat.
déficit L'ENA au bord de la faillite ?
Budget Taxe d’habitation : pourquoi certains vont-ils payer plus ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles