Borloo à Bayrou : l'UDI est ouverte mais sur "une ligne politique claire"

Jean-Louis Borloo le 18 septembre 2012 à Paris [Jacques Demarthon / AFP/Archives] Jean-Louis Borloo le 18 septembre 2012 à Paris [Jacques Demarthon / AFP/Archives]

Jean-Louis Borloo, président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), a répondu mardi à la main tendue de François Bayrou en expliquant que son parti était ouvert à tous ceux qui acceptaient sa "ligne politique claire" de "coalition du centre et de la droite républicaine".

Le président du MoDem, François Bayrou, avait tendu la main dimanche à Jean-Louis Borloo, fondateur de l'UDI, regroupant des centristes, des radicaux et des indépendants, en lui proposant de travailler ensemble à l'unité de la famille centriste.

François Bayrou a toujours défendu l'idée d'un centre indépendant qui n'envisage pas uniquement une coalition avec la droite alors que l'UDI se situe clairement au centre-droit.

"L'UDI, c'est fait. La machine est aujourd'hui lancée. C'est un parti indépendant mais qui a une politique claire. Ce n'est pas une coalition avec les gauches, c'est une coalition du centre avec la droite républicaine. Donc, tout membre du MoDem qui est sur cette ligne politique claire peut venir", a expliqué l'ancien ministre de l'Ecologie aux 4 vérités de France 2.

"La question, ce n'est pas le passé", a-t-il précisé en citant le cas du MoDem Olivier Henno, vice-président de la communauté urbaine de Lille qui avait appelé à voter Hollande "et qui est aujourd'hui chez nous".

"Mais dorénavant, la ligne politique est claire. Il ne s'agit pas de problèmes personnels, la ligne politique est claire", a-t-il insisté en rappelant qu'"historiquement, le centre a toujours été indépendant et dans une coalition avec la droite républicaine".

Une réponse peu surprenante qui réaffirme la traditionnelle ligne de clivage entre le MoDem et les partis de centre-droit et n'offre à François Bayrou, qui a voté Hollande à la présidentielle, d'autre choix que de changer de stratégie en rejoignant le centre-droit ou de rester indépendant mais isolé.

Dans sa main tendue à Jean-Louis Borloo, François Bayrou avait souhaité la création d'un ensemble où "tous ceux qui ont fait la preuve de leur attachement" à l'idée centriste puisse se retrouver "sans se renier".

"Ceux qui sont plus à droite défendront leur position à l'intérieur d'un ensemble, ceux qui veulent un centre indépendant le feront aussi... La ligne politique, nous la définirons ensemble", avait-il ajouté.

Vous aimerez aussi

J. -C. Lagarde : « La principale condamnation doit être morale »
booba-kaaris Jean-Christophe Lagarde : «La principale condamnation doit être morale»
Migrants «Ils ne sont rien» : le quotidien des mineurs isolés étrangers au centre de MSF
Des migrants au bord d'une route près du Port de Calais, dans les Hauts-de-France, le 3 juillet 2017 [DENIS CHARLET / AFP/Archives]
Calais Migrants : Collomb annonce la création de deux centres dans les Hauts-de-France

Ailleurs sur le web

Derniers articles