Fillon a présenté les trois "règles d'or" de son projet

François Fillon, le 26 septembre 2012 à l'Assemblée nationale à Paris [Bertrand Guay / AFP] François Fillon, le 26 septembre 2012 à l'Assemblée nationale à Paris [Bertrand Guay / AFP]

François Fillon, candidat à la présidence de l'UMP, a présenté mercredi trois "règles d'or" de son "projet pour la France", pour l'Etat, les comptes sociaux et les collectivités, se disant "inénervable" dans sa rivalité avec Jean-François Copé.

L'ex-Premier ministre veut une règle d'or pour l'Etat - zéro déficit -, une autre sociale - "que les dépenses de santé ne progressent pas plus que la croissance", avec la fin de l'accès gratuit à la CMU et l'AME - et une règle d'or locale: sanctionner les collectivités qui dépensent et augmentent les impôts.

Au fil de ses trois "pactes" - productif, national, européen -, le député de Paris a égrené devant la presse des mesures précises: suppression de 1.000 normes dans le droit français en cinq ans, 80.000 places de prison, ramener les corps de la fonction publique de 300 à 20 ou 30...

Son "pacte national" s'appuie sur un tryptique école-sécurité-immigration, avec des peines-planchers pour tous les délits et un débat annuel au Parlement pour "fixer précisément (...) le nombre de migrants qui pourront être accueillis en France".

L'ex-Premier ministre a répété que la France et l'Europe vivaient "une crise existentielle": "Nous sommes face au risque de déclassement des économies européennes".

Il a reconnu qu'il y avait entre lui et Jean-François Copé des "différences d'histoires, de personnalités, de parcours, mais pas pour l'essentiel", avant de résumer son état d'esprit, surtout quand des proches de son rival le compare à un "Hollande de droite": "Je suis inénervable!".

François Fillon était entouré de ses principaux soutiens : Valérie Pécresse, Eric Ciotti, Gérard Larcher, Laurent Wauquiez, Christian Estrosi, Chantal Jouanno, Jérôme Chartier.

Vous aimerez aussi

Justice François Fillon en danger, selon le JDD
François Fillon avant le départ de la course des 24h du Mans, le 16 juin 2018, au Mans (Sarthe).
Justice Affaire Fillon : des chemises en plus des costumes ?
Justice Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon entendu par les juges d'instruction

Ailleurs sur le web

Derniers articles