Vanlerenberghe veut croire à une association Bayrou-Borloo

Le sénateur du Pas-de-Calais Jean-Marie Vanlerenberghe (d) et François Bayrou, le 10 avril 2007 à Noyelles-Godault dans le nord de la France [Philippe Huguen / AFP/Archives] Le sénateur du Pas-de-Calais Jean-Marie Vanlerenberghe (d) et François Bayrou, le 10 avril 2007 à Noyelles-Godault dans le nord de la France [Philippe Huguen / AFP/Archives]

Le sénateur du Pas-de-Calais Jean-Marie Vanlerenberghe veut croire à une association entre François Bayrou et Jean-Louis Borloo pour laquelle il entend oeuvrer en tentant de rapprocher les points de vue des deux leaders centristes.

Proche de François Bayrou, Jean-Marie Vanlerenberghe a signé le pacte fondateur de l'Union des démocrates et des indépendants (UDI) créé par Jean-Louis Borloo.

Interrogé par l'AFP sur la réponse de l'ancien ministre de l'Ecologie à la main tendue de François Bayrou, l'ancien maire d'Arras explique mercredi qu'il aurait probablement dit la même chose à une exception prêt qui est de préciser que "le centre est dans une alliance avec la droite parce qu'il n'en existe pas d'autre".

Jean-Louis Borloo a répondu mardi à François Bayrou qu'il était prêt à accueillir tous les membres du MoDem qui accepteraient une ligne politique claire de "coalition du centre et de la droite républicaine".

"On est quelques uns a estimé à l'UDI qu'il faut que Borloo précise qu'on est au centre, pas au centre-droit, qu'on est indépendant et qu'on a une alliance avec la droite parce que c'est la seule possible", a-t-il insisté.

"A gauche, la porte est fermée et elle s'est même claquée sur le nez de François Bayrou", souligne l'élu en référence à la défaite aux législatives du leader centriste dans son fief béarnais face à une jeune candidate socialiste, alors qu'il s'était prononcé pour François Hollande au second tour de la présidentielle. "Et ça, François Bayrou ne l'a pas encore compris", dit-il

"Je ne suis pas sûr qu'Hollande ouvre un jour la porte à une union nationale et s'il le fait, pour compenser la perte de parlementaires de sa majorité, il se tournera alors vers les centristes qui peuvent lui apporter une majorité, pas vers les deux députés et quatre sénateurs du MoDem", dit-il.

Le sénateur entend militer pour une collaboration entre les deux hommes. "En politique, quand on est assez proche au niveau des idées, après, c'est une question d'ego", dit-il.

"Borloo a fondé un parti et Bayrou en dirige un autre. Ce qu'il est possible d'imaginer c'est une association entre les deux, chacun ayant une vision différente, mais qui serait susceptible de trouver un point d'accord au moment des municipales et des européennes", suggère-t-il.

Vous aimerez aussi

aide Attentat de Strasbourg : un centre pour accueillir les victimes
Miss France Miss France 2019 : Tout savoir sur Laurie Derouard, Miss Centre-Val de Loire
J. -C. Lagarde : « La principale condamnation doit être morale »
booba-kaaris Jean-Christophe Lagarde : «La principale condamnation doit être morale»

Ailleurs sur le web

Derniers articles