Bayrou : orientations justes, mais des contradictions et pas d'élan

François Bayrou le 30 juin 2012 à Paris [Mehdi Fedouach / AFP/Archives] François Bayrou le 30 juin 2012 à Paris [Mehdi Fedouach / AFP/Archives]

François Bayrou, président du MoDem, a qualifié vendredi de "justes et méritoires" les orientations annoncées par l'exécutif en matière budgétaire, mais en pointant "des contradictions" et "un manque d'élan".

"Les orientations que François Hollande annonce sont justes, méritoires", a commenté l'ex-candidat à l'Elysée (9,13%) sur France Info au lendemain de l'intervention télévisée du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. "Si vraiment il réussit à baisser le déficit du pays à 3% en une seule année, à baisser la dépense publique, à mettre en place ces garde-fous qu'il a annoncés", "s'il réforme le droit du travail, le financement de la sécu, alors il aura fait des choses très importantes pour l'avenir", a dit M. Bayrou.

"Simplement, il n'en avait pas averti les Français", a poursuivi le dirigeant centriste.

"Il y a du contradictoire dans l'action du gouvernement", a poursuivi M. Bayrou : "faire appel deux fois plus à l'impôt qu'à la baisse des dépenses, ça veut dire qu'on alourdit le pays". De même, "le recrutement de 40.000 profs d'un seul coup, ce n'est pas raisonnable".

Par ailleurs, pour M. Bayrou, "une chose n'est pas au rendez-vous: l'élan que des responsables politiques doivent transmettre à un pays. On a besoin d'un élan vital, de quelque chose qui donne envie aux créateurs de créer, aux entrepreneurs d'entreprendre, aux chercheurs d'avancer".

"Il y a un réglage à faire", a insisté M. Bayrou.

À suivre aussi

Concrètement, le MoDem est soupçonné d'avoir utilisé les indemnités d'eurodéputés pour rémunérer des collaborateurs parlementaires qui travaillaient en réalité pour le compte du parti.
Justice Emplois présumés fictifs du MoDem : François Bayrou mis en examen ?
Union Européenne Assistants d'eurodéputés MoDem : Sylvie Goulard mise en examen pour détournement de fonds publics
P. Mignola : «Personne n'a intérêt à l'affrontement, personne n'a non plus intérêt au renoncement»
Politique Patrick Mignola : «Personne n'a intérêt à l'affrontement, mais personne n'a non plus intérêt au renoncement»

Ailleurs sur le web

Derniers articles