Dupont-Aignan s'attaque à Montebourg

Nicolas Dupont-Aignan, le chef de file de Debout la République le 11 juin 2012. Nicolas Dupont-Aignan, le chef de file de Debout la République le 11 juin 2012.[BERTRAND GUAY / AFP]

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) a accusé dimanche Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, de "tromper" les ouvriers d'ArcelorMittal en suivant une "politique de pure folie".

"Qui est en train de tromper les ouvriers de Mittal? Arnaud Montebourg, lui qui avait dit comme moi, pendant les primaires socialistes, que si on ne mettait pas en Europe un protectionnisme intelligent en place on verrait partir toutes nos usines", a-t-il déclaré sur France 3.

Le député non inscrit de l'Essonne a jugé que les socialistes menaient la même politique que l'UMP et Nicolas Sarkozy en la matière.

"Aujourd'hui, il est impuissant parce qu'il suit la politique de Hollande, de Nicolas Sarkozy, de l'Union européenne, qui est une politique de pure folie", a-t-il lancé.

Pour Dupont-Aignan, "M. Hollande comme M. Sarkozy, le PS comme l'UMP ne voulant pas remettre en cause ce libre-échange déloyal, on va voir fermer les unes après les autres les usines".

Il a récusé l'utilité d'un texte de loi, annoncé par le gouvernement, pour contraindre un industriel à céder une usine rentable dont il souhaiterait se débarrasser.

"Le repreneur va être dans les même conditions de concurrence que Mittal. D'ailleurs reprendre un haut fourneau sans avoir la chaîne générale de l'entreprise me paraît assez hasardeux", a-t-il estimé.

L'arrêt définitif des deux hauts fourneaux de Florange (Moselle) devrait être annoncé lundi matin à l'occasion d'un comité central d'entreprise (CCE) convoqué par la direction d'ArcelorMittal. 

A lire également : 

Emploi : semaine chargée pour Montebourg

Vous aimerez aussi

Les ouvriers d'Ascoval à Saint-Saulve, le 19 décembre 2018 [FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives]
Social Ascoval : le tribunal de Strasbourg accorde un nouveau sursis jusqu'au 24 avril
«Nous suspendons la livraison des 737 MAX jusqu'à ce que nous trouvions une solution», a déclaré un porte-parole.
Aéronautique Boeing suspend les livraisons des 737 MAX mais continue leur production
L'entrée du site Ford de Blanquefort, le 18 février 2019  [GEORGES GOBET / AFP/Archives]
Industrie Blanquefort : le plan social lancé

Ailleurs sur le web

Derniers articles