Quand Montebourg arrive en Renault Zoe au Conseil des ministres

Arnaud Montebourg le 3 octobre 2012 [Jacques Demarthon / AFP] Arnaud Montebourg le 3 octobre 2012 [Jacques Demarthon / AFP]

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, est arrivé à bord d'une Renault Zoe, modèle phare de la gamme électrique du constructeur français, dans la cour de l'Elysée pour participer au Conseil des ministres.

Il était assis sur le siège passager de cette citadine deux portes, de couleur grise, qui devrait être lancée en France à partir de 2013.

"La voiture électrique est l'avenir de la France", a lancé le ministre à la presse en quittant l'Elysée à l'issue du conseil, toujours à bord de cette Zoe, que le constructeur au losange fabrique sur son site de Flins, (Yvelines).

Il a précisé qu'elle marchait "très bien", qu'elle était "fabriquée en France" et qu'elle était vendue "au prix de la Clio grâce au bonus écologique".

Ce modèle n'est pas encore commercialisé. En juillet, le jour même où le gouvernement présentait un vaste plan pour soutenir les véhicules "propres", Renault avait annoncé le report à 2013, au lieu de l'automne 2012, de son lancement en raison de difficultés sur le développement de la tablette multimédia intégrée.

Ce véhicule est la première voiture du groupe entièrement pensée et développée pour être électrique. Elle était initialement attendue dans les concessions dès la mi-2012.

Le gouvernement a présenté en juillet un plan d'aide pour les voitures "propres", qui prévoit d'augmenter le "bonus écologique" pour les véhicules les moins polluants et de soutenir financièrement les acteurs du secteur.

Vous aimerez aussi

Dès sa nomination, le ministre s'est rendu auprès de policiers des Lilas, en Seine-Saint-Denis.
Ministère de l'Intérieur Les missions de Christophe Castaner
Le président de la République Emmanuel Macron (C) préside le conseil des ministres, le 17 octobre 2018 à Paris [Francois Mori / POOL/AFP]
Politique Macron met la pression sur le gouvernement remanié
Avec ce grand chambardement, l’Elysée espère donner une nouvelle impulsion à un quinquennat en perte de vitesse.
Remaniement Place à la nouvelle équipe gouvernementale

Ailleurs sur le web

Derniers articles