Fillon veut "redonner de l'espoir à la jeunesse"

François Fillon lors d'un meeting de campagne, le 8 octobre 2012 à Paris [Bertrand Guay / AFP] François Fillon lors d'un meeting de campagne, le 8 octobre 2012 à Paris [Bertrand Guay / AFP]

Le candidat à la présidence de l'UMP François Fillon a estimé lundi que la réponse aux "problèmes d'intégration" et de "violence" reposait sur la conduite de réformes économiques susceptibles de "redonner de l'espoir à la jeunesse".

"La France doit produire. Si la France ne produit pas, nous n'avons aucune chance de nous redresser et nous allons voir s'aggraver tous ces problèmes, les problèmes d'intégration, les problèmes d'immigration, les problèmes de violence, d'éducation", a déclaré M. Fillon lors d'une réunion publique dans un quartier populaire de Paris.

"A l'origine de ces problèmes, il y a le déclin de la France, le fait que notre pays n'offre plus d'avenir pour une partie de sa jeunesse. Et quand les jeunes d'un pays se disent je n'ai pas d'avenir (...) on comprend qu'ils soient tentés par des solutions violentes, qu'ils soient tentés par des extrémismes, qu'ils soient tentés par des intégrismes religieux", a poursuivi l'ancien Premier ministre.

Interrogé par un militant sur l'anecdote relatée par Jean-François Copé du pain au chocolat arraché des mains d'un enfant pour cause de ramadan, M. Fillon a refusé de répondre, mais redit que "le coeur de la réponse" était dans le redressement économique du pays.

"Je ne tomberai pas dans ces débats-là (...) Je ne rentrerai pas dans ce jeu-là. Je fais une campagne de propositions. Je vous ai dit à quel point je veux des mesures énergiques pour réguler l'immigration, lutter contre le communautarisme. Je vous ai dit que pour moi le coeur de la réponse aux souffrances de la France, c'était de redresser l'économie nationale, de redonner de l'espoir à la jeunesse de France", a insisté M. Fillon.

M. Copé a déclenché une vive polémique ce week-end en évoquant vendredi soir en meeting dans le Var, un enfant qui se serait fait "arracher son pain au chocolat par des voyous", au motif "qu'on ne mange pas pendant le ramadan".

À suivre aussi

La longue et sinueuse carrière d'Alain Juppé en politique
Politique Alain Juppé au Conseil constitutionnel : retour sur la carrière politique de l'ex-maire de Bordeaux
Nicolas Sarkozy le 4 septembre 2016 à La Baule  [JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP]
Justice Affaire Bygmalion : l'avocat de Nicolas Sarkozy dénonce «une manoeuvre politique grossière»
Valérie Pécresse Qu'est ce que le «bouclier de sécurité» voulu par Valérie Pécresse ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles