Moscovici optimiste malgré la perte du AAA

Pierre Moscovici en conférence de presse à Paris, le 20 novembre 2012 [Francois Guillot / AFP] Pierre Moscovici en conférence de presse à Paris, le 20 novembre 2012 [Francois Guillot / AFP]

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a "déploré" mardi la décision de l'agence d'évaluation financière Moody's de dégrader la note de la France, mais a insisté sur le maintien d'une perspective de croissance à 0,8% pour 2013.

"Je prends acte de cette décision, même si je la déplore, mais elle sanctionne avant tout la situation dont nous avons hérité et qui n'a pas cessé de se dégrader depuis 10 ans", a affirmé le ministre lors d'une conférence de presse.

Moody's a privé lundi soir la France de son "triple A", dégradant sa note financière d'un cran à Aa1, avec une perspective négative.

M. Moscovici a néanmoins estimé que "certaines critiques sont trop fortes ou arrivent à contre-temps". "J'aurais préféré qu'on salue davantage les décisions qui sont prises, courageuses et sans précédent", a-t-il reconnu, assurant que lors de les assemblées du FMI et de la Banque mondiale à Tokyo mi-octobre, il avait eu la "sensation" que les agences de notation laisseraient plus de temps au gouvernement Ayrault pour mettre en place sa politique.

Mais, a-t-il observé, la dégradation de la note n'est "pas une décision prise du jour au lendemain", elle se situe "dans la continuité de la note de la France abaissée par Standard and Poors le 13 janvier et de "la mise sous perspective négative de la note française par Moody's le 13 février". "Nous demandons à être jugés sur nos résultats".

Il a enfin affirmé que la prévision de croissance du gouvernement, de 0,8% pour 2013, jugée trop optimiste par l'agence de notation, était "une perspective que nous pouvons atteindre".

"Je n'ai jamais nié son volontarisme parce qu'elle suppose en effet pour être atteinte, d'une part que la zone euro se stabilise, nous y travaillons, d'autre part que le pacte de compétitivité que nous avons lancé porte ses fruits, c'est une perspective tout à fait envisageable", a-t-il affirmé.

A voir sur Direct Matin.fr :

Infographie : Moody's note la zone euro

À suivre aussi

Le président de la Cour des comptes, Didier Migaud, le 8 février 2017 à Paris [FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives]
Économie La Cour des comptes tire la sonnette d'alarme sur la dette publique française
Le produit intérieur brut (PIB) de la France a finalement augmenté de 2,2% en 2017 [PASCAL PAVANI / AFP/Archives]
Économie La croissance du PIB en 2017 révisée à la hausse à 2,2%
Économie Le déficit public a atteint 2,6% du PIB en 2017 en France

Ailleurs sur le web

Derniers articles