Législatives partielles : l'UMP en bonne voie

Patrick Devedjian vote le 9 décembre 2012 à Antony [Miguel Medina / AFP]

Le Parti socialiste a essuyé dimanche une cuisante défaite lors de trois élections législatives partielles, se retrouvant même éliminé du second tour dans le Val-de-Marne.

«C’est une victoire non pas de la droite mais de l’abstention». Au lendemain de trois législatives partielles largement négatives pour le PS, le premier secrétaire Harlem Désir a jugé «indécents les cris de victoire» de Jean-François Copé et François Fillon après des scrutins qui ont parfois mobilisé moins de 30 % des électeurs. «Ces scrutins se déroulaient dans trois bastions traditionnels de la droite», justifie-t-il.

Mais avec son candidat éliminé dans le Val-de-Marne et en ballottage défavorable dans les deux autres circonscriptions (Hauts-de-Seine et Hérault), le PS ne tirera pas profit de la crise à l’UMP. «Ces résultats très encourageants sont un désaveu cinglant de la politique de François Hollande», veut croire Jean-François Copé, qui appelle «l’ensemble des militants UMP à n’être concentrés que sur l’opposition à la gauche».

Le parti de droite peut espérer faire carton plein, même si l’élection du Val-de-Marne s’annonce très serrée : le second tour opposera dimanche prochain le sortant Henri Plagnol (UDI-UMP) et le dissident Sylvain Berrios.


IDE

Et toujours sur DirectMatin.fr

Législatives partielles : "la droite d'en bas" se porte bien

À suivre aussi

Disparition Patrick Devedjian : «Je suis favorable à un hommage national à Charles Aznavour»
Politique Ces députés qui vont quitter l'Assemblée nationale
Politique Les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines prêts à fusionner

Ailleurs sur le web

Derniers articles