Bartolone veut évaluer les emplois d'avenir et le Cice

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le 15 mai 2013 à Paris [Lionel Bonaventure / AFP] Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le 15 mai 2013 à Paris [Lionel Bonaventure / AFP]

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS) a souhaité mercredi, après l'annonce de l'entrée de la France en récession, que l'Assemblée nationale évalue rapidement l'efficacité des mesures gouvernementales contre le chômage, en particulier les emplois d'avenir et le crédit impôt compétitivité emploi (CICE).

Cette annonce constitue "une raison supplémentaire pour l'Assemblée nationale de soutenir les mesures qui ont déjà été annoncées et mises en oeuvre par le gouvernement, les emplois d'avenir en particulier, et le Cice", a dit M. Bartolone qui s'exprimait devant la presse aux côtés du président du Congrès des députés espagnols, Jésus Posada, en visite à Paris.

"Je souhaite, je proposerai que l'Assemblée nationale installe le plus rapidement possible un suivi, une évaluation de ces mesures, parce que nous n'avons pas un jour à perdre. L'Assemblée nationale a soutenu la position du gouvernement de dégager 20 milliards pour permettre à nos entreprises de retrouver des marges pour investir et pour embaucher. Nous devons mettre en place une évaluation pour voir si le vote que nous avons eu donne les résultats que nous attendons", a-t-il poursuivi.

"Nous avons décidé de soutenir le gouvernement dans sa demande de crédits pour les emplois d'avenir. Nous devons évaluer tout de suite si ces emplois d'avenir trouvent leur place dans les zones urbaines comme dans les zones rurales pour permettre de lutter contre le chômage des jeunes", a aussi déclaré le député de Seine-Saint-Denis.

Claude Bartolone a aussi vu dans l'annonce de la récession la "confirmation" que "nous ne réussirons pas à améliorer la situation dans chacun de nos pays sans qu'il y ait une croissance européenne qui soit renforcée". "L'Europe ne peut pas être simplement la discipline", a-t-il répété, en mettant ses espoirs dans le sommet européen de juin.

Pour sa part, Jesus Posada, qui appartient au Parti populaire (droite) a considéré comme "une évidence" qu'il était nécessaire que "la croissance accompagne l'austérité". "Mais les mesures d'austérité sont nécessaires, il ne s'agit pas de prendre des mesures de croissance complètement folles. Il s'agit d'une croissance dans le cadre d'une politique de rigueur. Néanmoins, cette croissance est nécessaire, j'ai pu constater que le président Bartolone l'a dit très clairement, pour redonner espoir à nos peuples", a-t-il dit.

À suivre aussi

Politique Mise en examen de Richard Ferrand : les réactions politiques
Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand à l'Assemblée à Paris le 10 septembre 2019 [ERIC FEFERBERG / AFP]
Justice Mutuelles de Bretagne : Richard Ferrand mis en examen, Emmanuel Macron lui accorde «toute sa confiance»
Les violences continuent contre les députés de la majorité
Politique Les violences continuent contre les députés de la majorité

Ailleurs sur le web

Derniers articles