Bayrou sur Hollande: intervention "de bon niveau", annonce "décisive" sur l'UE

François Bayrou le 3 avril 2013 ausiège du MoDem à Paris [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives] François Bayrou le 3 avril 2013 ausiège du MoDem à Paris [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]

François Bayrou a jugé vendredi que l'intervention de François Hollande la veille avait été "de bon niveau" et a salué une "annonce décisive" sur l'UE, même si le chef de l'Etat a écarté l'idée de gouvernement d'unité nationale, idée chère au président du MoDem.

"C'était une intervention de bon niveau", a déclaré M. Bayrou sur France 2 au lendemain de la deuxième conférence de presse du quinquennat. "L'approche des problèmes, l'expression étaient au niveau de ce que le président de la République française doit être ou dire".

L'ex-candidat à l'Elysée a salué "une annonce, une vision très importante", c'est que le gouvernement français va proposer "un gouvernement pour l'économie de la zone euro".

"C'était évidemment une annonce décisive pour ce que l'avenir de l'Europe doit être", a insisté l'ancien député béarnais.

Un bémol: "Les très grands réformes de piliers de la société française aujourd'hui lézardés n'ont pas été abordées : rien ou presque sur l'éducation" ou sur "le marché du travail".

Alors que le président Hollande s'est dit socialiste, écartant le qualificatif de social-démocrate, M. Bayrou a observé: "En tout cas, il y a eu l'affirmation d'une ligne dont je pense qu'elle est la seule possible pour la nation": "La ligne réformiste".

"Ce qui doit être clair dans l'esprit de tous, c'est que les problèmes de notre pays ne viennent pas de l'extérieur", Bruxelles ou l'Allemagne, "c'est chez nous que sont les faiblesses", a ajouté le dirigeant centriste. "Cet aspect-là des choses n'est pour l'instant pas entré dans l'esprit des Français. Le jour où il y entrera, on verra que le seul chemin est le chemin réformiste et il faut qu'une unité nationale" le soutienne.

Cette "unité nationale ne viendra pas d'en haut", a-t-il prédit. "C'est un mouvement du peuple qui fera qu'on sortira des affrontements artificiels et stériles pour soutenir les trois, quatre ou cinq idées nécessaires pour que l'avenir du pays soit repris en main".

Vous aimerez aussi

Économie Les Français préfèrent leur pouvoir d'achat à la transition énergétique, selon un sondage
Bon à savoir Pourquoi parle-t-on de «royalties» ?
Conso Comment faire des économies sur sa facture d'électricité ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles