Impôts: "Les Français ont déjà été beaucoup sollicités" juge Sapin

Michel Sapin le 13 mai 2013 à Matignon [Bertrand Guay / AFP/Archives] Michel Sapin le 13 mai 2013 à Matignon [Bertrand Guay / AFP/Archives]

Le ministre du Travail, Michel Sapin, a jugé vendredi matin que les Français avaient déjà été mis beaucoup à contribution et que d'éventuelles hausses d'impôts n'étaient pas l'objectif principal du gouvernement, qui vise avant tout une maîtrise des dépenses de l'Etat.

Interrogé sur Canal+ au lendemain de la conférence de presse de François Hollande, qui a indiqué jeudi que "l'idéal" serait de ne pas augmenter un taux de prélèvement pour les ménages en 2014, M. Sapin a indiqué que "c'est par la diminution des dépenses de l'Etat et le retour de la croissance que nous règlerons le problème de l'endettement".

"Les Français ont déjà été beaucoup sollicités", a-t-il estimé. "Il y a parfois des nécessités pour équilibrer un régime social d'avoir une légère augmentation des cotisations, mais ce n'est pas l'objectif. La mesure principale, c'est la maîtrise des dépenses", a-t-il ajouté.

Inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année est "le seul objectif de l'ensemble du gouvernement", a-t-il aussi martelé. "Ce que le président de la République a affirmé c'est qu'il faut accélérer, être à l'offensive, on sera encore plus à l'offensive sur le front du chômage pour le faire reculer à la fin de l'année".

Quant à l'ouverture des contrats d'avenir au secteur privé, ce n'est pas un "cadeau" aux entreprises, s'est-il défendu. "Prenez tous les services à domicile, ils sont beaucoup portés par les associations" mais parfois par des "structures d'entreprise", "on veut qu'il y ait le même traitement pour le même type d'activité", a-t-il expliqué.

Il a par ailleurs jugé qu'il serait "totalement anormal" que Jérôme Cahuzac se présente à la législative partielle prévue en juin. "Ce serait rajouter une culpabilité à la précédente", a-t-il estimé.

À suivre aussi

Économie Budget de la «sécu» 2020 : ce que ça va changer pour vous
Bruno Le Maire et Gérald Darmanin à Paris le 26 septembre 2019 [Bertrand GUAY / AFP]
Gouvernement Un budget 2020 sur fond de gilets jaunes et de ralentissement mondial
Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, le 17 septembre 2019.  [CLEMENT MAHOUDEAU / AFP/Archives]
Fiscalité Impôt sur le revenu, taxe d'habitation : les mesures fiscales du budget 2020

Ailleurs sur le web

Derniers articles