Fracture du sacrum pour Marine Le Pen

Marine Le Pen, le 1er mai 2013 à Paris [Eric Feferberg / AFP/Archives] Marine Le Pen, le 1er mai 2013 à Paris [Eric Feferberg / AFP/Archives]

Marine Le Pen a dû se faire remplacer samedi par son père lors d'un meeting à Limoges, à cause d'une fracture du sacrum qu'elle s'est faite le week-end dernier en tombant dans sa piscine vide, mais elle a tenu à rassurer ses partisans sur son état de santé.

Les déplacements de la présidente du FN sont restreints, mais pas l'ensemble de ses activités, selon des sources concordantes.

Jean-Marie Le Pen, participant à un meeting à Limoges, où sa fille était initialement annoncée en début de semaine, a expliqué aux militants que "Marine n'a pas pu venir car elle a été victime d'un accident assez grave qui l'empêche de se déplacer".

"Elle est tombée dans sa piscine vide et s'est fait une fracture de la colonne vertébrale", a ajouté le président d'honneur du Front national. Peu après, le FN, puis l'intéressée elle-même, ont précisé qu'il s'agissait d'une "fracture du sacrum", os à la base de la colonne vertébrale.

"Pas de panique ! Fracture du sacrum le week-end dernier, ce sera long, c'est douloureux, mais rien de dramatique", a twitté Marine Le Pen.

De son côté, le service de communication du FN a indiqué dans un communiqué "que la fracture du sacrum dont Marine Le Pen a été victime entraînera un léger allégement de son emploi du temps mais ne l'empêchant pas de continuer ses activités".

Le FN "rassure les militants et les adhérents sur l' état de santé de la présidente et les remercie des nombreux témoignages de sympathie qui lui sont adressés", ajoute le communiqué.

Ainsi, mercredi, elle a participé à l'émission "Questions d'Info" (LCP/Le Monde/AFP/France Info) et à une réunion militante à Versailles. Elle est l'invité dimanche de l'émission "C politique" sur France 5.

Vous aimerez aussi

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 [Cellou Binani / AFP/Archives]
AfSud Guinée: l'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle"
santé Une Italienne enceinte des jumeaux d'une autre par erreur
Les présidents français François Hollande (c) et mexicain Enrique Pena Nieto (d), la ministre française de la Culture et la Communication Aurélie Filippetti (g) sur le site archéologique de Teotihuacan le 11 avril 2014, au Mexique [Alain Jocard / AFP]
Diplomatie Hollande souligne le retard à combler dans les relations avec le Mexique

Ailleurs sur le web

Derniers articles