Cahuzac: Moscovici répète que l'administration fiscale a été "exemplaire"

Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, le 15 mai 2013 à Paris [Bertrand Guay / AFP/Archives] Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, le 15 mai 2013 à Paris [Bertrand Guay / AFP/Archives]

Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, qui doit être entendu par des parlementaires sur l'affaire Cahuzac, a répété mardi que l'administration fiscale avait été "exemplaire" dans ce dossier qui relève davantage d'une "faute personnelle".

"L'administration avait fait tout ce qu'elle pouvait, tout ce qu'elle devait. Elle avait été exemplaire sous mon autorité", a assuré M. Moscovici sur RMC Info-BFM TV.

"Moi je respecte les parlementaires. J'irai devant eux; je prêterai serment. J'ai toujours dit la vérité; je dirai la même vérité", s'est-il défendu.

Faut-il attendre des révélations de son audition ?, lui demande-t-on. "La vérité est très simple: jusqu'au jour où Jérôme Cahuzac a fait l'aveu qu'il avait menti, personne, je dis bien personne, dans le gouvernement n'était au courant de cela", a encore dit le ministre, fragilisé par cette affaire.

M. Moscovici mais aussi les ministres de l'Intérieur, Manuel Valls, et de la Justice, Christiane Taubira, ainsi que Jérôme Cahuzac lui-même seront entendus par une commission d'enquête parlementaire.

Les auditions, une vingtaine prévues d'ici fin juillet, commencent ce mardi.

La commission vise à déterminer "d'éventuels dysfonctionnements" dans l'action de l'Etat du 4 décembre 2012, date des premières révélations du site d'informations en ligne Mediapart sur le compte en Suisse non déclaré de l'ancien ministre délégué au Budget, au 2 avril 2013, date de sa mise en examen (il avait été contraint à la démission du gouvernement le 19 mars).

À suivre aussi

La victoire de Zelensky et celle de son parti reflètent la déception des Ukrainiens vis-à-vis de leurs élites, jugées corrompues.
élection Législatives en Ukraine : le parti de Zelensky remporte la majorité absolue au Parlement
Le Parlement a définitivement adopté le projet de loi sur la santé d'Agnès Buzyn qui met fin au décrié «numerus clausus» pour les étudiants en médecine.
Politique Le Parlement adopte définitivement le projet de loi santé
Royaume-Uni Des résidus de cocaïne découverts au Parlement britannique

Ailleurs sur le web

Derniers articles