Le maire de Bastia Emile Zuccarelli ne se représentera pas en 2014

Le maire PRG de Bastia, Emile Zuccarelli, le 16 janvier 2010 à Bastia [Stephan Agostini / AFP/Archives] Le maire PRG de Bastia, Emile Zuccarelli, le 16 janvier 2010 à Bastia [Stephan Agostini / AFP/Archives]

Maire PRG de Bastia depuis 24 ans, Emile Zuccarelli a annoncé officiellement qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat aux élections municipales de 2014, selon la presse insulaire de mercredi.

M. Zuccarelli a annoncé sa décision dans une lettre aux Bastiais diffusée ans la nuit.

"A 73 ans, j'ai décidé de ne pas vous demander en mars 2014 le renouvellement de mon mandat de maire", a écrit M. Zuccarelli, ajoutant qu'il assumerait ses fonctions jusqu'au terme de la mandature.

Le maire, qui a rempli quatre mandats à la tête de la seconde ville de Corse, a ajouté qu'il appartiendrait aux instances du Parti radical de gauche "de désigner ceux et celles qui porteront ses couleurs lors de la prochaine échéance".

Son fils, Jean, pourrait être candidat, de même que l'un des adjoints à la mairie François Tatti, également membre du PRG. Tous deux sont conseillers territoriaux.

M. Zuccarelli a déclaré mercredi à France Bleu Frequenza Mora qu'il se retirait en raison de son âge et ne solliciterait plus d'autre mandat électif.

Né le 4 août 1940 à Bastia, M. Zuccarelli, qui est polytechnicien, est président d'honneur du PRG. Maire de Bastia depuis 1989, il a été député de Haute-Corse de 1986 à 2007, date à laquelle il a été battu par l'UMP Sauveur Gandolfi-Scheit.

Descendant d'une lignée de dirigeants qui tiennent la ville depuis plusieurs générations, il a été ministre des Postes en 1992-93, puis de la Fonction publique jusqu'en 2000 dans les gouvernements Bérégovoy et Jospin.

Vous aimerez aussi

Intempéries Corse : une touriste allemande est décédée «emportée par les vagues»
Faits divers Corse : la distillerie d'un responsable syndical détruite par un incendie criminel
Emmanuel Macron s'exprime lors de la dernière réunion publique prévue dans le cadre de son «Grand débat national», le 4 avril 2019, à Cozzano, en Corse.
Corse Emmanuel Macron déplore que les nationalistes n'expriment pas de «regrets» sur Erignac

Ailleurs sur le web

Derniers articles