EELV vote une motion pour un "changement de cap" du gouvernement

Pascal Durand, secrétaire national d'EELV, livre un discours lors d'un congrès du parti écologiste, le 18 septembre 2012 [Jean-Sebastien Evrard / AFP/Archives] Pascal Durand, secrétaire national d'EELV, livre un discours lors d'un congrès du parti écologiste, le 18 septembre 2012 [Jean-Sebastien Evrard / AFP/Archives]

Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) a voté à une large majorité samedi une motion de synthèse réclamant un "changement de cap" du gouvernement auquel le parti écologiste participe, un texte approuvé par les deux ministres "verts" Cécile Duflot et Pascal Canfin.

"Il y a union dans le parti sur le fait que nous devons peser sur le gouvernement" pour un changement d'orientation, s'est félicité devant la presse Pascal Durand, secrétaire national d'EELV qui samedi matin fustigeait "l'absence d'imagination" du gouvernement dans une interview à Libération.

"On a le droit d'être dedans et de critiquer", a justifié le chef de file des écologistes pour qui "la solidarité, ce n'est pas la soumission".

"Le parti joue son rôle", a surenchéri Pascal Canfin, ministre du Développement, présent, comme sa collègue la ministre du Logement Cécile Duflot, au conseil fédéral qui se tenait à Paris et où a été votée une motion intitulée "gouvernement: un changement de cap s'impose! Pour sortir des politiques d'austérité, engager une politique écologique : environnementale, sociale, économique et démocratique".

"C'est une très bonne chose que les écologistes et qu'Europe-Ecologie-Les Verts, parti membre de la majorité, s'expriment sur le cap politique du gouvernement", a déclaré à la tribune la ministre du Logement.

"J'ai lu la motion avec intérêt, j'en partage quasiment la totalité des mots , je pense que c'est essentiel de faire revivre le débat politique au sein de la majorité", a-t-elle ajouté estimant que "nous avons besoin de redonner l'envie de politique".

Avec cette motion "nous sommes sorti d'une logique unique de critique du gouvernement pour entrer dans une logique de proposition", a expliqué Yannick Jadot, député européen. "La question n'est pas de savoir s'il n'est pas assez à gauche mais s'il n'est pas assez écolo", a-t-il ajouté.

Quant à la question d'une sortie du gouvernement, elle ne se pose pas."Le jour où le PS sortira des textes sur lesquels l'écologiste n'aura qu'à applaudir, on aura gagné", explique Pascal Durand qui note que sur certains sujets, les écologistes parviennent "à faire bouger les lignes".

Le bilan des écologistes au gouvernement sera toutefois abordé lors des journées d'été d'EELV fin août, avant le débat sur l'énergie et le projet de loi de finance prévus cet automne et considérés par les écologistes comme des "lignes rouges" de leur participation au gouvernement.

Vous aimerez aussi

Politique Nomination de François de Rugy : les écolos dubitatifs
Politique Les partis de gauche rentrent de vacances avec des questions et l'Europe à l'horizon
EELV vent debout pour faire interdire le glyphosate en France
Écologie EELV vent debout pour faire interdire le glyphosate en France

Ailleurs sur le web

Derniers articles