Manif de producteurs d'oeufs devant la maison de Le Foll

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, le 20 mai 2013 à Bordeaux [Mehdi Fedouach / AFP/Archives] Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, le 20 mai 2013 à Bordeaux [Mehdi Fedouach / AFP/Archives]

Des producteurs d'oeufs bretons ont mené des actions dans la nuit de vendredi à samedi dans le Finistère, devant la maison de famille du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, ainsi que devant la sous-préfecture de Pontivy (Morbihan), pour protester contre les importations d'oeufs, a-t-on appris de sources concordantes.

Entre minuit et 01H00, entre 20 et 25 producteurs se sont retrouvés à Berrien, dans le centre du Finistère, devant la maison du ministre, protégée par la gendarmerie. Selon les organisateurs, ils ont cassé 21.000 oeufs sur la chaussée.

"Cette manifestation de colère, c'est à cause de la grande masse d'importations d'oeufs étrangers, notamment d'Espagne et de Pologne, à des prix défiant toute concurrence", a expliqué à un correspondant de l'AFP Stéphanie Jestin, productrice d'oeufs à Lampaul Guimiliau, dans le Finistère.

"Eux n'ont pas fait les travaux de mise aux normes bien-être animal, environ 2,5 millions d'euros d'investissement pour un élevage de 100.000 poules. On perd 2.500 euros par jour", a assuré cette productrice.

"Au début de l'année, on était à des prix corrects et avec l'importation massive d'oeufs étrangers, on a divisé les prix par deux. On est au même prix que les autres pays, mais les charges et les salaires ne sont pas les mêmes", a ajouté Mme Jestin, précisant que les producteurs demandaient "une augmentation de 3 centimes par oeuf".

"Pour l'instant, les industriels ne nous répondent pas, et les politiques ne nous écoutent pas. Si pas d'écoute, il y aura d'autres actions", a-t-elle prévenu.

La manifestation s'est terminée sans incident selon la préfecture.

Dans le Morbihan, des oeufs ont été déposés devant la mairie et la sous-préfecture de Pontivy, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Vous aimerez aussi

Les pommes de terre n'ont pas la patate
sécheresse Les pommes de terre n'ont pas la patate
Agriculture Limoges : les agriculteurs bio en colère
Peste porcine : le ministère de l'Agriculture demande une mobilisation immédiate
Agriculture Peste porcine : mobilisation immédiate pour protéger les élevages français

Ailleurs sur le web

Derniers articles