Manif pour tous : Mamère critique Copé

Le député EELV Noël Mamère s'exprime à l'Assemblée nationale, le 21 novembre 2012 à Paris [Miguel Medina / AFP/Archives] Le député EELV Noël Mamère s'exprime à l'Assemblée nationale, le 21 novembre 2012 à Paris [Miguel Medina / AFP/Archives]

Le député écologiste Noël Mamère a estimé samedi que le président de l'UMP Jean-François Copé "instrumentalise une situation qui lui échappe" avec la mobilisation contre le mariage homosexuel, mais a surtout retenu que "l'homophobie n'est pas morte".

"M. Copé, c'est un coucou qui essaie de s'introduire dans le nid des autres", a déclaré, en référence à l'extrême-droite, le député EELV à la presse à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne). "Il instrumentalise une situation qui lui échappe".

"En fait une partie de la droite républicaine est en train de prendre le manche du râteau dans le figure, et paie au prix sans doute le plus élevé, aux prix de ses divisions et peut-être même d'un schisme, la politique menée par Nicolas Sarkozy (...) jouant sur le tout sécuritaire et une droite identitaire", a-t-il diagnostiqué.

"Et bien la droite identitaire, elle s'est réveillée et elle est en train de déborder la droite républicaine", a conclu M. Mamère.

Le député a aussi déploré qu'avec le mariage pour tous, "nous nous apercevons que non seulement l'homophobie n'a pas reculé, mais elle est devenue banale, et il y a des mots qui ont été prononcés contre lesquels nous serions descendus dans la rue il y a 15 ans".

 
 

En 2004, le maire de Bègles avait célébré un simulacre de mariage d'homosexuels qui avait finalement été annulé par la Cour de cassation en 2007.

M. Mamère se trouvait à Villeneuve-sur-Lot pour soutenir Lionel Feuillas, candidat EELV à la législative partielle des 16 et 23 juin dans la 3e circonscription du Lot-et-Garonne, pour pourvoir le siège qu'occupait l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac (PS).

Vous aimerez aussi

Société Gilets jaunes : la carte des blocages le 20 novembre
Société Les «gilets jaunes» éclipsent la marche contre les violences sexuelles et sexistes
La PMA est pour l'instant réservée aux couples hétérosexuels infertiles ou qui risquent de transmettre une maladie à l'enfant [MARCEL MOCHET / AFP/Archives]
Société PMA : le débat reporté au printemps au grand dam de ses partisans

Ailleurs sur le web

Derniers articles