Wauquiez : "il y a un problème de leadership" à l'UMP

Le vice-président de l'UMP, Laurent Wauquiez, le 3 avril 2013 à Paris [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives] Le vice-président de l'UMP, Laurent Wauquiez, le 3 avril 2013 à Paris [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]

Le vice-président de l'UMP, Laurent Wauquiez, a jugé dimanche qu'il y avait "un problème de leadership" dans son parti et qu'il fallait "le corriger".

"Nous avons trop de désordre en ce moment à l'UMP. La situation n'est pas satisfaisante pour les militants, pas satisfaisante pour les Français qui ont besoin d'une opposition qui ait des messages clairs", a dit l'ancien ministre et député de la Haute-Loire, invité de "BFM Politique" (RMC/Le Point/BFMTV).

"La façon dont fonctionne aujourd'hui l'UMP ne me convainc pas", a-t-il ajouté.

Il a fait valoir que "le problème" n'était "pas qu'il y ait des différences de sensibilités -cela toujours existé- mais à l'époque le parti était dirigé par des personnalités comme Alain Juppé puis Nicolas Sarkozy (...) il y avait un leadership".

"Là, il y a un problème de leadership, c'est ça qu'il faut corriger", a poursuivi le député, en ajoutant qu'il "s'investi(ssait) pour apporter un nouvel élan à l'UMP".

Affirmant qu'il n'était pas dans une opposition au président de l'UMP, Jean-François Copé - "non, le sujet n'est pas du tout ça" - , M. Wauquiez a fait valoir que "face au niveau de défiance immense par rapport à la politique", si "la classe politique ne se remet pas en cause, et n'est pas capable de renouveler son mode de fonctionnement, elle sera emportée".

Comme on lui demandait s'il était favorable à une nouvelle élection à la présidence du parti en septembre avec un match Jean-François Copé/François Fillon, il a répondu: "Ce serait ridicule parce que ce n'est pas la priorité des Français".

"Mais c'est évident qu'il faudra un nouvel élan pour notre famille politique après les européennes, car on ne peut pas vivre avec une famille politique dans laquelle on a ce problème de ligne", a-t-il dit.

Vous aimerez aussi

Nicolas Sarkozy le 4 septembre 2016 à La Baule  [JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP]
Justice Affaire Bygmalion : l'avocat de Nicolas Sarkozy dénonce «une manoeuvre politique grossière»
Valérie Pécresse Qu'est ce que le «bouclier de sécurité» voulu par Valérie Pécresse ?
Élections régionales Régionales : Estrosi et Bertrand donnés gagnants face au FN

Ailleurs sur le web

Derniers articles