Hollande condamne certains slogans de la manifestation de dimanche

Le président François Hollande, le 27 mai 2013 à Paris [Pierre Verdy / AFP] Le président François Hollande, le 27 mai 2013 à Paris [Pierre Verdy / AFP]

François Hollande a condamné lundi les slogans appelant à la résistance à "un Etat fasciste" utilisés par certains opposants au mariage homosexuel, lors de la manifestation de dimanche à Paris.

"Les mots ont toujours un sens. Il faut leur donner leur signification. La Résistance, c'était par rapport au nazisme, à l'Occupation", a déclaré le président de la République devant des journalistes à Paris.

"La collaboration, c'était des Français qui étaient avec l'occupant. Et le fascisme, le nazisme, la dictature, c'était une époque qui heureusement est révolue. Donc nul n'a le droit d'utiliser ces mots pour défendre des idées - si on peut appeler ça des idées - d'aujourd'hui", a-t-il poursuivi.

Lors de la manifestation de dimanche, "il y a eu des débordements heureusement très minoritaires, qui ne peuvent pas être identifiés ou confondus avec la manifestation elle-même", a-t-il aussi déclaré.

M. Hollande a condamné ceux "qui utilisent les mots de la Seconde Guerre mondiale, la lutte contre le nazisme, à des fins qui n'ont plus rien à voir avec ce que ces mots, justement, ont signifié".

Le chef de l'Etat s'exprimait à l'issue d'une visite au lycée Buffon, dans le XVe arrondissement de Paris, où il était venu s'adresser à des élèves de 1ère dans le cadre de la commémoration du 70e anniversaire de la création du Conseil national de la Résistance (CNR) le 27 mai 1943. Cinq élèves de cet établissement avaient été fusillés le 8 février 1943 par les nazis pour faits de résistance.

Pendant sa visite, quelque 80 opposants au mariage homosexuel ont manifesté à proximité du lycée. Tous ont été embarqués par la police dans deux cars, a précisé l'entourage du président, soulignant que certains étaient en possession d'armes de 6e catégorie.

Vous aimerez aussi

La PMA est pour l'instant réservée aux couples hétérosexuels infertiles ou qui risquent de transmettre une maladie à l'enfant [MARCEL MOCHET / AFP/Archives]
Société PMA : le débat reporté au printemps au grand dam de ses partisans
Le mouvement #MeToo a encore du chemin à faire, notamment sur les sites de rencontres amoureuses.
Société Le harcèlement sexuel sur les sites de rencontres, un phénomène de masse
Pollution Carburants : quelles alternatives pour les automobilistes ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles