Hauts salaires : Bruno Le Roux (PS) veut "jauger" les représentants du patronat

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée, Bruno Le Roux, lors d'un discours le 30 avril 2013 [Francois Guillot / AFP/Archives] Le président du groupe socialiste à l'Assemblée, Bruno Le Roux, lors d'un discours le 30 avril 2013 [Francois Guillot / AFP/Archives]

Le chef de file des députés PS, Bruno Le Roux, veut rencontrer les dirigeants du patronat pour "jauger" leurs intentions en matière de hautes rémunérations, et préparer une loi si les réponses ne sont pas satisfaisantes, a annoncé mardi le porte-parole du groupe, Thierry Mandon.

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a annoncé vendredi qu'il n'y aurait pas de loi limitant les hautes rémunérations des dirigeants d'entreprise, le Medef et l'Afep (Association françaises des entreprises privées) s'étant engagés à renforcer leur charte de déontologie en ce domaine. Mais, avait-il prévenu, "si les décisions ne sont pas à la hauteur, nous nous réservons la possibilité de légiférer".

"Nous serons particulièrement vigilants sur le contenu et le calendrier de la charte de déontologie" a déclaré M. Mandon, député de l'Essonne, à la presse.

"De ce point de vue, le président du groupe, Bruno Leroux, accompagné de quelques parlementaires spécialistes de ces questions, demandera à Mme Laurence Parisot (présidente du Medef jusqu'au 3 juillet, ndlr) et à M. Pierre Pringuet (président de l'Afep, ndlr) de venir très prochainement les rencontrer pour que nous puissions jauger leurs premières orientations, le contenu et le calendrier envisagés, et s'il advenait que tout cela nous semble flou, incertain ou renvoyé aux calendes grecques, nous réserver le droit de travailler à une forme législative", a-t-il dit.

Même avec une charte de déontologie satisfaisante, "il y a quand même deux ou trois sujets qu'il nous semble difficile de gérer autrement que par la législation" comme la participation de représentants des salariés aux comités de rémunération, la réglementation des stocks-options et les retraites-chapeaux, a estimé M. Mandon.

"Ce n'est pas la première fois que l'histoire de la charte de déontologie sort du chapeau, il y a eu des précédents, ces précédents, ils ont donné +peanuts+, nous veillerons à ce qu'il n'en soit pas de même cette fois", a-t-il lancé.

Vous aimerez aussi

Cybersécurité Données personnelles : 57 % des consommateurs imputent la responsabilité aux entreprises
Brexit : Airbus monte le ton
Royaume-Uni Brexit : Airbus monte le ton
Économie Les Futures Licornes 2019 seront dévoilés le 20 février

Ailleurs sur le web

Derniers articles