Hollande appelle à une "offensive" pour l'emploi des jeunes en Europe

François Hollande, le 28 mai 2013 lors d'un colloque à Sciences Po Paris sur le thème "Europe : les prochaines étapes" [Charles Platiau / Pool/AFP] François Hollande, le 28 mai 2013 lors d'un colloque à Sciences Po Paris sur le thème "Europe : les prochaines étapes" [Charles Platiau / Pool/AFP]

François Hollande a donné mardi le coup d'envoi d'une "offensive" dans l'"urgence" pour l'emploi des jeunes en Europe, assurant agir main dans la main avec la chancelière allemande Angela Merkel, attendue jeudi à Paris.

"Nous devons agir en urgence, six millions de jeunes sont au chômage en Europe" et "près de 14 millions sont sans travail, ne suivent pas d'études ou ne sont pas apprentissage", a-t-il souligné lors d'un colloque à Sciences Po Paris sur le thème "Europe : les prochaines étapes".

"Aller vite est le premier objectif quand il y a urgence, et il y a urgence pour l'emploi des jeunes", a souligné le chef de l'Etat, assurant que "l'offensive pour l'emploi des jeunes part aujourd'hui".

"Nous sommes d'accord avec la chancelière Angela Merkel pour parvenir à un véritable plan pour l'emploi des jeunes dès cette année", a-t-il encore assuré, affirmant que la Commission européenne est "mobilisée" tout comme le Parlement européen, "conscient de sa propre responsabilité".

"Bref, les institutions européennes, les chefs d'Etats et de gouvernement, la France et l'Allemagne, nous sommes d'accord, alors si nous sommes d'accord faisons-le", a encore insisté François Hollande.

L'ensemble de ces réflexions, a-t-il rappelé, doit aboutir le 3 juillet à Berlin à une réunion des ministres du Travail et de l'Emploi des Vingt-Sept, présidée par Angela Merkel et en présence du président Hollande, dans la foulée d'un Sommet européen, le 30 juin à Bruxelles.

"C'est là que nous aurons aussi à donner une nouvelle ampleur à ce plan pour l'emploi des jeunes", a ajouté le président Hollande.

Cette "initiative" pour l'emploi des jeunes devait être dès ce mardi au menu d'une rencontre à l'Elysée avec les ministres allemands des Finances et du Travail, Wolfgang Schäuble et Ursula von der Leyen, ainsi que le ministre italien du Travail, Enrico Giovannini.

Du côté français, les ministres des Finances et du Travail Pierre Moscovici et Michel Sapin, sont également attendus.

Vous aimerez aussi

L'agence de notation Moody's a dégradé la note de l'Italie, s'inquiétant d'une stabilisation et non d'une diminution de la dette publique au cours des prochaines années [EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives]
Europe Moody's dégrade la note de l'Italie, s'inquiète de la dette
Le déficit serait notamment dû à l'élargissement de ses missions qui n'a pas été suffisamment compensé par l'Etat.
déficit L'ENA au bord de la faillite ?
Fait divers Bretagne : un adolescent séquestré, dénudé et brûlé à la cigarette pour la dette de drogue d'un ami

Ailleurs sur le web

Derniers articles