Présidence de l'UMP: "il faut passer à autre chose"dit Eric Ciotti

Le député UMP Eric Ciotti (d) à l'Assemblée en novembre 2012 [Martin Bureau / AFP/Archives] Le député UMP Eric Ciotti (d) à l'Assemblée en novembre 2012 [Martin Bureau / AFP/Archives]

Le député UMP Eric Ciotti a considéré mardi qu'il fallait "passer à autre chose et le plus vite possible", après l'accord trouvé pour éviter une nouvelle guerre des chefs à l'UMP, estimant notamment que le leadership du parti était "beaucoup moins important" en raison de l'instauration de la primaire pour la présidentielle de 2017.

"Maintenant il faut passer à autre chose et le plus vite possible. Surtout qu'on n'est plus dans le même cadre: je considère que l'installation des primaires bouleverse complètement nos modes de fonctionnement politique depuis le début de la Ve République", a déclaré, dans les couloirs de l'Assemblée nationale, l'ancien directeur de campagne de François Fillon pour la présidence de l'UMP.

"C'est une véritable révolution qui se met en place et à partir de là, le leadership convoité à la tête de l'UMP car considéré comme stratégique pour l'élection présidentielle est beaucoup moins important", a-t-il ajouté.

"Je n'ai pas trop de doute sur le choix que les militants voudront faire. En tout cas, s'il est conforme à ce qu'on entend sur le terrain, c'est plutôt une volonté de passer à autre chose", a indiqué l'élu des Alpes-Maritimes, qui a analysé cet accord comme "une garantie d'une sortie de crise".

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, et son rival François Fillon, sont convenus, lundi, de demander aux militants s'ils souhaitaient ou non un nouveau vote en septembre pour la présidence du parti.

Vous aimerez aussi

crise politique Contestation en Algérie, en direct : le chef d'état-major appelle au respect du calendrier
Élections Européennes : le spectre de l'abstention
Des électeurs indiens faisant la queue pour voter dans un bureau de vote à Guwahati, dans l'Etat d'Assam, dans le nord-est du pays, lors des dernières élections en 2014.
Politique Les chiffres fous des élections législatives en Inde

Ailleurs sur le web

Derniers articles