UMP: Copé veut une droite décomplexée, à la reconquête "du coeur des Français"

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, le 15 mai 2013 à Paris [Martin Bureau / AFP/Archives] Le président de l'UMP, Jean-François Copé, le 15 mai 2013 à Paris [Martin Bureau / AFP/Archives]

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a affirmé mercredi soir en meeting à Saint-Raphaël (Var) l'importance "majeure" des municipales de 2014 pour la droite, synonymes de "reconquête du coeur des Français", tout en stigmatisant "les égarements" de certains vers l'extrême droite.

Dans un palais des congrès chauffé à blanc par le maire de Toulon Hubert Falco, M. Copé a rebattu les cartes "de la droite décomplexée", porteuse de solutions face à "la souffrance des Français", réaffirmant "pas d'alliance avec le FN" qui ferait courir le risque "d'un éclatement de notre famille politique".

"Le FN est fondé sur l'exaspération. Nous, notre mission, c'est de trouver des solutions", a-t-il lancé, manifestant cependant sa volonté "d'entendre le message d'exaspération des Français", notamment sur les thèmes de la sécurité, des délocalisations ou de la montée des intégrismes.

A mots couvert, le maire de Meaux a évoqué le moment "d'égarement" de certains membres "de notre famille", allusion à trois militants UMP varois - Olivier Thomas à Sanary, Philippe de la Grange au Luc et Damien Guttierez à La Seyne-sur-Mer - qui, selon le quotidien Le Monde, conduiront des listes communes avec le FN aux municipales.

Evoquant le second tour du scrutin de 2014 et l'éventualité de "duels entre le FN et le PS", M. Copé a lancé avec fermeté: "nous n'appellerons pas à voter FN mais nous n'appellerons pas à voter pour le Parti socialiste qui est allié avec Jean-Luc Mélenchon".

Soulignant l'enracinement européen de l'UMP, Jean-François Copé a esquissé les fondements d'un programme pour le scrutin présidentiel de 2017, égrenant "la question de l'autorité", sa volonté de rapprocher "l'école et l'entreprise" ou de revaloriser l'apprentissage, et soulignant son désir de lutter efficacement contre la délinquance ou encore de défendre la laïcité.

À suivre aussi

Le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini, à Rome le 15 juillet 2019  [Andreas SOLARO / AFP/Archives]
Politique Italie : Matteo Salvini réclame des élections anticipées et fait éclater la coalition populiste
Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d'un déplacement à Birmingham le 26 juillet 2019 [TOBY MELVILLE / POOL/AFP]
Politique Boris Johnson dévoile ses priorités en pleine spéculation sur des élections
Élections Municipales : quelle stratégie pour le Rassemblement national ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles